Imprimer Imprimer

Un fossé sépare désormais le royaume d’Israël séparatiste et celui de Juda davidien (83)

Asa, roi de Juda selon la peinture de Michelangelo

Asa, roi de Juda selon la peinture de Michelangelo

Sur le papier, on observe que le royaume d’Israël a une plus grande superficie et une plus grande population que celles de Juda, sans que cela puisse être chiffré. L’historien Neher* souligne la différence radicale entre les deux royaumes : « En Juda, une seule dynastie, celle de David, détient le pouvoir en succession régulière, de père en fils. En Israël, quatre dynasties s’échelonnent, n’ayant entre elles aucun rapport, et dont chacune écarte la précédente par un meurtre sanglant ». En Juda, la continuité dynastique assure une situation forte, tandis qu’en Israël, l’anarchie et les rivalités intestines ont libre cours, faisant du royaume une proie facile.
– « Une lutte fratricide oppose les deux royaumes », observe Neher. D’abord, c’est Roboam qui veut attaquer le royaume séparatiste d’Israël dirigé par Jéroboam mais il en est empêché par le prophète Shemayahou. Ensuite, c’est l’inverse : le fils de Roboam, Abya, est attaqué par Jéroboam mais conseillé par le prophète Iddo, il appelle à la paix entre les deux royaumes et ses troupes l’emportent sur le terrain. Puis, la guerre se déplace sur un autre terrain, non militaire : Baasha, roi d’Israël, bloque les routes entre le nord et le sud dans la région de Rama, pour isoler et étouffer économiquement le royaume de Juda. La réaction de Asa, roi de Juda ne se fait pas attendre : il fait piller les chantiers de Rama et se sert des matériaux pour fortifier les villes limitrophes (Gueba et Mipca). Il édifie ainsi ce que l’on appellera dans l’histoire « la ligne d’Asa », qui sépare les deux royaumes.
La division d’Israël en deux royaumes aiguise l’appétit de ses voisins, en particulier celui du nord, l’empire d’Aram fondé par Rezon. Cet empire va voir les deux royaumes se disputer ses faveurs. « Dans le conflit entre Israël et Juda, Aram joue le rôle de troisième force » (Neher). Quand Baasha s’assure « la neutralité bienveillante de Ben Hadad, roi d’Aram, il peut commencer à fortifier la région de Rama et préparer l’invasion de Juda ». Mais Asa réagit brutalement : il s’allie à Ben Hadad et lui propose d’attaquer le royaume d’lsraël, et pour prix de cette demande, il offre le trésor du Temple de Jérusalem et celui de son palais royal ! Pour endiguer cette offensive, Baasha est contraint de retirer ses troupes du sud. Mais bientôt, Aram fait peur aux deux royaumes juifs, qui bientôt (avec Omri d’Israël et Josaphat de Juda) scelleront finalement une alliance de réconciliation, environ un demi-siècle après le schisme.
La division entre les deux royaumes suscite l’hostilité d’une partie de la population et en particulier celle des prophètes, qui « rappellent l’unité fondamentale des deux peuples et leur fraternité indissoluble » (Neher). De plus, pour eux, « Dieu reste le seul recours politique et militaire », ce qui explique leur opposition au recours aux puissances étrangères, jugé blasphématoire.
Même Haïm Hillel Ben-Sassoon, auteur de « A history of the jewish people » le constate: “On dispose de peu d’informations sur le long règne d’Asa, roi de Juda (908-867 avant JC). La réforme des cultes qu’il mit en place, et en particulier la destitution de sa mère Maachah de la position de reine mère (gebirah) a reçu l’accord de l’historien biblique. La raison était purement religieuse : elle fut punie pour avoir fabriquée une mifletzeth de Asherah, idole de Tyr ». Selon Arthur Weil**, « Comme ses prédécesseurs, Asa fut en guerre contre Israël dont le trône est alors occupé par Baasa. Pour se procurer un allié, Asa prit dans le Temple une grande quantité d’or et d’argent qu’il fit parvenir à Ben Hadad, roi de Syrie ».

* Histoire biblique du peuple d’Israël d’André et Renée Neher chez Adrien Maisonneuve Editeur, 1996
** A History of the Jewish people H.H. Ben Sasson, Harvard University Press
***Histoire Sainte Illustrée, Arthur Weil, Editions Victor Goldschmidt, Bâle 1969

Mise en ligne : 7 septembre 2014- Version 1- Israël Antique – Le schisme 5-83