Imprimer Imprimer

Omri, roi d’Israël, fonde la ville de Samarie pour capitale et généralise l’idolâtrie (88)

Faire passer ses enfants dans le feu du Moloch, une pratique idolâtre répandue à l'époque en Canaan

Faire passer ses enfants dans le feu du Moloch, une pratique idolâtre répandue à l’époque en Canaan

La ville de Samaria fut édifiée par le roi Omri d'Israël source www.seder-olam.info

La ville de Samaria fut édifiée par le roi Omri d’Israël source www.seder-olam.info

Le règne d’Omri (1) à la tête d’Israël ne fut pas qu’une péripétie, loin de là. Pour l’historien André Neher (Histoire Biblique du peuple d’Israël*), « l’avènement d’Omri marque un nouveau tournant dans l’histoire biblique. »  En paix au nord et à l‘est, le royaume d’Israël prend de l’essor ; Le développement économique entraîne une crise sociale des paysans ; Le flirt avec la Phénicie s’étend. La « religion de Jéroboam » intègre les pratiques orgiastiques du Baal phénicien. La religion hébraïque de la Thora est désormais persécutée. [frax09alpha]

Une résistance intérieure de défense de la Thora s’organise avec les prophètes Mikayou (Michée), Elie et Elisée, leurs disciples et Jonadab ben Rekab, fondateur de la secte de même nom. Mais cette contre-offensive prendra des années.

Omri, vainqueur de la guerre civile, fait de Samarie sa nouvelle capitale. Selon Heinrich Graetz**, une guerre civile éclata à Thirza entre les partisans d’Omri et ceux de Thibni, personnalité locale, qu’Omri gagna. « Omri s’occupa donc de trouver une autre capitale. Ce fut Samarie (Schomrôn). (…) Un an après sa victoire (927), Omri abandonna Thirza et s’établit à Samarie, désormais pour deux siècles la rivale de Jérusalem et qui, plus tard encore, après deux cents ans de léthargie, devait revivre en ennemie de Juda. Samarie hérita de la haine de Sichem pour Jérusalem, et (…) donna son nom au royaume des dix tribus, qui s’appela désormais le pays de Samarie. »
Pourquoi avoir fondé la ville de Samarie ? Haïm Hillel Ben-Sassoon***, auteur israélien de « A history of the jewish people » explique : “La manifestation le plus significative de la sécurité et de l’indépendance d’Omri, est la création d’une nouvelle capitale. Edifiée sur le territoire d’Issachar sur les collines d’Ephraïm, probablement dans la région d’où sa famille était originaire, c’était aussi la voie commerciale principale menant au nord. Selon Rois I 16,24) il l’appela Samaria (en hébreu Schomron) car Omri l’a acheté de Shemer, le propriétaire originel de cette terre. Le nom Samaria fait référence à un village du même nom dont on a voulu perpétuer l’appellation (…) Elle ne pouvait s’appeler Bait Omri car c’était alors tout l’Etat d’Israël qui portait ce nom, même après la fin de sa dynastie ».                                                                         Omri marie son fils Achab à Jézabel, la phénicienne et ouvre la voie aux idoles. Neher rappelle fort à propos que « les soldats et marins phéniciens occupent depuis le schisme une partie de la Galilée et les ports de la côte. » Il ajoute : «  Bien plus que sous Salomon, la structure du royaume d’Israël fut influencée dans presque tous les domaines par la Phénicie. » Graetz poursuit son récit : « Omri (…) envisagea une fusion des deux nations et (…) fit du culte de Baal et d’Astarté la religion officielle, construisit un temple à Baal dans sa capitale Samarie, y appela des prêtres et ordonna de sacrifier partout aux dieux phéniciens. Le culte du taureau devait disparaître à Béthel et à Dan, comme trop israélite encore (…). » (…)
Omri étant mort (…) vers 923, la révolution qu’il avait voulu introduire » ne fut pas menée à son terme (…) Ce fut son fils Achab (1) qui la poursuivit, (…) » Mais le projet de fusion de feu Omri et de son fils Achab tourna court en raison du tempérament faible d’Achab (…). Mais son père Omri lui avait donné une épouse forte et virile. »
 Les conséquences de cet accord diplomatique et de ce mariage vont être considérables pour le peuple Hébreu et pour sa vie spirituelle.

  • Omri régna sur Israël de -882 à -871 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)
  • Achab régna sur Israël de -873 à -852 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)

*André et Renée Neher Histoire biblique du peuple d’Israël Adrien Maisonneuve Editeur 1996

**Heinrich Graetz Histoire des Juifs 1874-76

***Haïm Hillel Ben-Sassoon, auteur de « A history of the jewish people ».

Mise en ligne : 17 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  5-88