Imprimer Imprimer

Les prophètes Isaïe et Michée dénoncent la dégradation des mœurs des dirigeants de Juda (114)

Le prophète Isaïe dénonce la dégradation des moeurs à Juda et  apprend aux pauvres à supporter leur état grâce à la prière. Gravure de Gustave Doré

Le prophète Isaïe dénonce la dégradation des moeurs à Juda et apprend aux pauvres à supporter leur état grâce à la prière. Gravure de Gustave Doré

Successeur du prophète Elie, Michée appelle les Hébreux à la pénitence. Gravure de Gustave Doré

Successeur du prophète Elie, Michée appelle les Hébreux à la pénitence. Gravure de Gustave Doré

Que ce soit dans le royaume du nord ou dans le royaume de Juda, la dégradation morale se poursuivait au rythme du développement du pays.

Isaïe prépare l’avenir en misant sur le fils du roi Achaz (1), Ḥizḳiyyah (2) auquel le prophète insuffle l’esprit religieux et plus encore : «Lorsqu’il montera sur le trône, la lumière succédera aux ténèbres, l’éclat radieux aux angoisses de la mort », selon les propos d’André Neher*.

 

« Durant plus de quarante années (755-710), Isaïe remplit sa mission prophétique. Il apparut pour la première fois l’année de la mort d’Osias (755) ; il appela à ses côtés les humbles ou les affligés du pays (Anvê-Arez, Anavim). Nés sans fortune en leur qualité de Lévites, ou appauvris par les exactions des princes de Juda, ils prirent eux-mêmes ou reçurent le nom de pauvres (Ebionim). Isaïe leur apprit à supporter sans se plaindre la spoliation et la pauvreté, à souffrir l’injustice et la peine en se confiant à Dieu et à sa Providence » (Heinrich Graetz, Histoire des Juifs).

Ainsi émergea un parti des prophètes et des pauvres avec Isaïe comme figure de proue, qui n’hésita pas à intervenir sur la politique internationale du royaume, entouré de sa femme et de ses enfants. Lui qui fut d’origine aristocratique, il défendit les pauvres à une époque où l’inégalité sociale et les privilèges de la classe dirigeante montraient toute la cruauté de la vie quotidienne du peuple : « Sion sera sauvée par la Justice et ceux qui reviendront à elle-par la charité » (Isaïe 27). Selon Neher, ce prophète développe les idées suivantes : la patience, le messianisme, le reste (petite minorité qui accédera au salut), sans oublier « les prophéties de consolation ».
Selon Graetz, « Michée, de Morescha, probablement de l’école d’Isaïe, se partageait entre la lourde tâche de chercher à toucher le cœur des pécheurs et celle de leur montrer les suites de leur aveuglement. Son discours, prononcé sous le règne d’Achaz, met à nu la corruption religieuse et morale de l’époque et flétrit surtout la hideuse coutume des sacrifices humains. » Ce prophète vitupérera plus directement encore que Isaïe contre le luxe outrageant de la classe dirigeante, ceux qu’il appelle « les grands seigneurs » de Jérusalem : « A cause de vous, Sion sera labourée comme un champ, Jérusalem sera un lieu de ruines, et le Temple une colline boisée » ( …,12) « Peu à peu la dépravation fit de tels progrès qu’elle en vint à gagner la partie saine de la nation. De faux prophètes surgirent, qui défendirent, aussi au nom de Jéhovah, les vices et la perversité, pour flatter les maîtres du pouvoir. » (Graetz).

Michée attaqua donc les faux prophètes « qui prédisaient pour de l’argent et laissaient croire au peuple que Dieu ne permettrait jamais la destruction de Sion. S’élevant contre cette fausse doctrine, Michée prédit la chute de Jérusalem et du royaume de Juda mais lui aussi annonce un avenir meilleur pour tous les peuples » (Arthur Weil***).

Comme l’écrit encore Neher, « renonçant à l’espoir de modifier la mentalité de Achaz, Isaïe prépare l’avenir immédiat. Il grimpe autour de lui une communauté de fidèles, la devise de la communauté, c’est la foi en l’Eternel ». L’historien français constate qu’on passa « du prophétisme conformiste du premier demi siècle au prophétise scripturaire ».

(2) Achaz régna 16 ans sur Juda de -733 à -724 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)
(3) Ḥizḳiyyah ou Hezechias régna 29 ans sur Juda de -727 à -698 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)

*Histoire biblique du peuple d’Israël, André et Renée Neher, Adrien Maisonneuve Editeur, 1996
**Heinrich Graetz, Histoire des Juifs, 1874-76
*** Arthur Weil, Histoire sainte illustrée, Editions Victor Goldschmidt, Bâle, 1969

Mise en ligne : 6 octobre 2014- Version 1- Israël Antique-Exil 6-115