Imprimer Imprimer

Les Juges (6 et fin) : Samuel (21)

Le logo du site histoirejuive.fr, dédié à l'histoire antique et moderne du peuple juif

Le logo du site histoirejuive.fr, dédié à l’histoire antique et moderne du peuple juif

 

12-       Né dans une famille dont la mère, Hana, était stérile et le père Elkana lévite, Samuel, dont le nom signifie « Dieu m’a entendu » a été voué par sa mère au naziréat. Elle le confie à Eli dès son jeune âge pour le dédier complètement à Dieu. Selon Jewish Encyclopedia*, « Samuel était de Ramathaim-zophim, dans la montagne-d’Ephraïm (I Samuel I, 9,1). Il est né alors qu’Eli était encore juge. Consacré à Yhwh par l’accomplissement d’un voeu de sa mère, il a été emmené à Shiloh par Hannah dès qu’il fut sevré, pour servir Yhwh (i. 11, 22-23 et 28). Les fils d’Eli et de Bélial, méchants et avares, Samuel exerça son ministère à la place des deux fils d’Eli. Sa mère, lors de ses visites annuelles, lui apporta une robe. Comme il grandissait, Samuel remporta la faveur croissante de L’Eternel et d’autres hommes (ii. 26). Comment fut-il appelé » par L’Eternel ? Eli, vieux et devenu malvoyant était étendu pour dormir, comme Samuel, dans le Temple de L’Eternel, où était l’arche. Alors Yhwh appela « Samuel » à trois reprises mais celui-ci crut que c’était Eli qui l’appelait et accourait à ses côtés à chaque fois. Eli comprit alors que c’était l’Eternel qui appelait Samuel. C’est pourquoi il lui conseilla de s’allonger à nouveau, et, si il était demandé à nouveau, de dire : « Parle, ton serviteur écoute. » Samuel fit comme il avait été invité. L’Eternel lui révéla alors son but : « exterminer la maison d’Eli. » C’était vers 1141 avant JC. Il est depuis longtemps témoin des malversations des fils d’Elie (Hofni et Pinhas). Samuel reçoit encore des prophéties et le pays commence à le savoir. Il assume le pouvoir à la tête des tribus d’Israël, alors que la mort d’Eli et de ses fils place le peuple dans un grand désarroi moral car il est sans chef, sans prêtre, sans arche, celle-ci ayant été subtilisée par les Philistins. Conscient de la situation, Samuel organise pour la première fois depuis Josué une assemblée générale du peuple à Miçpa, en territoire de Benjamin. Là, il impose au peuple entier des libations d’eau et une journée de jeûne et de repentir. L’assemblée le reconnaît alors comme juge. Alors qu’il procède à un sacrifice, les Philistins font irruption mais un orage éclate miraculeusement et les fait fuir. Jewish Encyclopedia poursuit son récit : « Samuel parla aux enfants d’Israël, faisant appel à eux pour revenir à Yhwh et ranger les dieux étrangers, qu’ils pourraient être délivrés des mains des Philistins ». Le test est venu à Mitspa, où, à l’appel de Samuel, tout Israël s’étaient rassemblés, sous la promesse qu’il prierait à L’Eternel, pour eux et où ils jeûnaient, avoué et ont été jugé par lui. Avant que les Philistins attaquèrent, Samuel prit un agneau sucer et il a offert un holocauste entier, appelle à Yhwh au secours ; et comme les Philistins a établi dans le tableau de bataille L’Eternel « tonna avec un grand tonnerre » sur eux, « et ils étaient frappés devant Israel. » Un monument à la victoire de Samuel fut mis en place, avec une pierre entre Mitspa et Shen, évoquant « Ebenezer » (« jusqu’ici a le Seigneur nous a aidés »). Cette défaite écrasante permit une maîtrise des Philistins tous les jours de Samuel. »

Samuel s’installe à Rama, sa ville natale où il élève un autel. Il ne s’occupe pas de récupérer l’Arche Sainte, car les Leviim et les Cohanim ne sont pas encore au niveau d’assurer le service divin (André Neher évoque « la déchéance de la prêtrise » dans Histoire biblique du peuple d’Israël). Samuel affirme son indépendance de pesée, comme le souligne Jewish Encyclopedia* : « Samuel remarqua que les prêtres étaient plus prudents que les victimes sacrificielles devaient être massacrés par un d’entre eux. Samuel, toutefois, déclara aux prêtres que même un profane peut offrir un sacrifice, suite à quoi il fut amené devant Eli, qui lui demanda les motifs de sa déclaration. Samuel répondit: « Il n’est pas écrit que le prêtre doit tuer la victime, mais seulement qu’il amènera le sang » (Lévitique i. 5; Zevahim 32 a). Eli reconnut la validité de son argument, mais déclara que Samuel méritait la peine de mort pour avoir donné des décisions juridiques en présence d’un maître ; et c’est seulement la prière de la mère de Samuel qui l’a sauvé  (Ber. 31 b). Quand Dieu s’est révélé à Samuel pour la première fois et lui donna le nom, il a répondu avec prudence uniquement « Parle » (I Sam. III. 10) et non, comme Eli lui commanda, « Parle, Ô Dieu » (Shabbat 113 b). »

Ce sera David qui, après 7 ans de règne à Hévron, fera transférer l’Arche sainte à Jérusalem. Samuel procède à des tournées dans les tribus et confie à ses fils le gouvernement des régions depuis leur résidence de Beer Sheva. Sous le roi Saul, l’Arche Sainte est à Nob où se sont réfugiés les prêtres survivants de la famille d’Eli.

* Traduction libre d’un article de Jewish Encyclopedia publié à l’adhresse suivante http://www.jewishencyclopedia.com/articles/13079-samuel Jewish Encyclopedia est publiée par la Société de Théologie Juive de Philadelphie, Etats-Unis, créée en 1906

 

Mise en ligne : 4 septembre 2014- Version 1- Israël Antique- Juges   2-21