Imprimer Imprimer

Les Hébreux prennent Jéricho au son des chofars (6)

Gravure de Gustave Doré

Les murs de la ville de Jéricho s’écroulent au son des sofars des Hébreux Gravure de Gustave Doré

 

Un ange de Dieu apparut à Josué et lui ordonna de prendre la ville de Jéricho Gravure de Gustave Doré

Un ange de Dieu apparut à Josué et lui ordonna de prendre la ville de Jéricho
Gravure de Gustave Doré

 

Les Israélites installent leur camp à Guilgal, entre le Jourdain et face à la ville de Jéricho qui est super-protégée : murs hyper-épais, issues fermées. Le Livre de Josué décrit la vision qu’eut le prophète : « Un jour, Josué, se trouvant devant Jéricho, leva les yeux et vit un homme debout en face de lui et lui dit : « Es-tu des nôtres ou un de nos ennemis ?
« Nullement, répondit-il, je suis le chef de la milice du Seigneur. Qui suis venu présentement. »Josué tomba face contre terre en se prosternant, et lui dit : Qu’ordonne mon Seigneur à son serviteur ? Le chef de la milice dit à Josué : Otes ta chaussure de tes pieds car l’endroit sur lequel tu te tiens est saint ». Et Josué obéit.
(…) L’Eternel dit à Josué : « Vois je te livre Jéricho et son roi et ses vaillants guerriers. Tu feras marcher tous tes gens de guerre autour de la ville, ils en feront le tour une fois et tu procéderas ainsi pendant six jours tandis que sept prêtres précédant l’arche porteront sept cors retentissants. Le septième jour, vous ferez sept fois le tour de la ville et les prêtres sonneront du cor. Lorsque la corne retentissante émettra un son prolongé, tout le peuple en entendant ce son du cor, poussera un grand cri de guerre et la muraille de la ville croulera sur place et chacun y entrera droit devant lui. »(5,13).

Précisément, quand retentit le chofar, le peuple poussa un long cri et les murailles s’écroulèrent. Les 40.000 guerriers hébreux s’élancent à l’intérieur de la ville. Hommes, femmes, enfants, animaux sont soumis au même régime : la mort. La ville une fois prise est entièrement vouée au « herem », à l’anathème. Personne n’a le droit de s’approprier quoi que ce soit. Les maisons sont brûlées. A la tête des Israélites, Josué, fils de Nun, de la prestigieuse et chatouilleuse tribu d’Éphraïm, successeur de Moïse. Jéricho est leur première conquête qu’ils prirent en faisant s’écrouler les murs, comme le décrit l’historien Heinrich Graetz, Histoire des Juifs* : « Pourtant ces murs tombèrent, raconte l’Écriture, au fracas intense soulevé par les guerriers israélites. » Le livre de Josué poursuit : « Mais les Israélites se rendirent coupable d’une violation de l’anathème. Akhan (…) de la tribu de Juda s’appropria quelque chose des objets interdits, ce qui attira la colère  sur les enfants d’Israël » (Josué 7) », colère qui s’exprime aussitôt dans les faits.

Josué envoie des soldats contre la ville de Ai mais c’est l’échec. Josué tombe sur sa face. « Relève-toi, lui dit l’Eternel. Israël a péché ! Il a violé le pacte que je lui avais imposé. (…) Non je ne serais plus avec vous si vous ne faîtes pas disparaître au milieu de vous l’objet de l’anathème. (…) Et l’individu désigné comme ayant volé l’anathème sera livré au feu pour avoir transgressé l’alliance du seigneur et commis un acte déshonorant en Israël ». Josué frappa d’anathème la ville : « Sois maudit devant l’Eternel celui qui entreprendrait de rebâtir cette ville ! Que la pose de la première pierre lui coûte son premier né et celle des portes le plus jeune de ses fils ». Selon Rois I 16,34, la malédiction s’accomplit plus tard, sous le règne d’Achab, sur la personne de Hiel de Béthel, qui tenta de faire fi de cet interdit.

Suivant les sources, la bataille de Jéricho a pu avoir lieu entre 1315 ou 1210 av. J.-C. Récemment, des archéologues israéliens (Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman) ont affirmé que ces textes ne sont pas de l’histoire, que leur rédaction est intervenue après l’occupation grecque, voire même après l’exil des Juifs de la terre sainte. Enfin, que l’absence de traces sur le site de la ville prouve que cette bataille n’a jamais eu lieu.

 

* Histoire des Juifs d’Heinrich Graetz, en format numérique, 1874-76

Mise en ligne : 3 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  1-5