Imprimer Imprimer

L’économie d’Israël refleurit, la résistance des prophètes monte contre l’idolâtrie (90)

L’historien français Neher insiste sur l’opulence économique du royaume d’Israël décelable aux fouilles pratiquées en Samarie par une mission américaine entre 1908 et 1910 : « Le palais d’Omri a été agrandi par Achab et Jéroboam II. Le développement du palais royal est l’indice de la croissance économique et politique de la capitale et du royaume » (Neher*). Résidences, incrustations d’ivoire araméen sur les boiseries du Liban, qui révèle une politique de constructions, signe d’abondance mais aussi d’expropriations au détriment des agriculteurs. Dès lors, le royaume a un recours massif au commerce international, en particulier à l’esclavage y compris entre Hébreux. Cette croissance économique va de pair avec une dégradation des mœurs, les valeurs fondamentales sont bafouées. Une vague d’idolâtrie lutte contre la religion présente, celle instaurée par Jéroboam, toujours fondée sur le Dieu d’Israël. Mais pas seulement. S’opposer à la vague idolâtre relevait à l’époque de l’héroïsme. Les prophètes vont le faire, au péril de leur vie.

L’historien Neher évoque le cas de Michée (Mikayou), fils d’Yimla qui, dans le Livre des Rois (1, chapitre 22), est invité à prophétiser le jour où Achab va mourir aux côtés de Josaphat. En effet, la bataille contre Aram va s’engager et à ce moment là, l’incertitude règne chez Achab. Pour y couper court,  Josaphat, roi de Juda, lui demande de consulter un prophète. Fils d’Asa, J

Le prophète Michée annonce la défaite imminente du roi idolâtre d'Israël, Achab Gravure de Gustave Doré

Le prophète Michée annonce la défaite imminente du roi idolâtre d’Israël, Achab
Gravure de Gustave Doré

osaphat (1)- qui lui a succédé à 35 ans et va rester au pouvoir 25 ans – lui demande de consulter un prophète. Achab (1) interroge les 400 prophètes habituels dirigés par Sédécias, « ceux sur lesquels il s’appuie d’ordinaire lorsque Jézabel ne l’oblige pas  à consulter Baal » (Neher). Naturellement, ils prédisent la victoire de leur roi. Josaphat (2) récuse ces faux prophètes et demande à Achab de consulter un prophète authentique. Achab répond qu’il en connaît un mais qu’il le hait car il prophétise toujours le malheur. Sur l’insistance de Josaphat, il le fait sortir de sa cellule de prison où Achab l’a relégué. Mikayou ben Yimla doit alors affronter une assemblée de faux prophètes devant les souverains des deux royaumes. Il a l’inspiration divine, il fait front et annonce une défaite. Outré, Sédécias, chef des faux prophètes, le gifle. Mais Mikayou ne se déjuge pas. Il est jeté en prison. Le roi de Syrie avait ordonné à ses troupes d’attaquer seulement le roi d’Israël mais ils se trompent et encerclent Josaphat, roi de Juda mais celui-ci, croyant fervent, prie l’Eternel qui lui vient en aide. Découvrant leur erreur, les soldats foncent à la recherche d’Achab. Celui-ci s’est déguisé, probablement pour ne pas être identifié et ciblé par l’ennemi. Mais une flèche lui donne la mort.

Mikayou n’est pas le seul prophète à refuser le nouvel ordre idolâtre. Il existe, comme l’appelle André Neher « la résistance anonyme ». L’historien français évoque Obadya, intendant du palais d’Achab qui, à l’heure de la persécution des prophètes et hommes de Thora, abrita « cent prophètes dans deux cavernes ». Sous le règne d’Achab, roi d’Israël, naît aussi une secte, les Rekabites, fondée par Jonadab ben Rekab. Cette secte refuse le sédentarisme et opte pour le nomadisme hébraïque antique. Elle proscrit le vin, prône le naziréat, refuse le culte de Baal. Leur combat s’étendra sur près de trois siècles.

  • Achab régna sur Israël de -873 à -852 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)

(2) Josaphat reste au pouvoir à Juda de -870 à -846 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)

*André et Renée Neher Histoire biblique du peuple d’Israël Adrien Maisonneuve  Editeur 1996

Mise en ligne : 17 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  5-90