Imprimer Imprimer

Le roi Salomon eut des remords à la fin de sa vie (70)

Le logo du site histoirejuive.fr, dédié à l'histoire antique et moderne du peuple juif

Le logo du site histoirejuive.fr, dédié à l’histoire antique et moderne du peuple juif

Son autorité, sa gloire, tout cela est fini. Salomon se rend compte sur le tard de la vanité de sa politique de « grandeurs terrestres » (Arthur Weil*). « Il fut sans doute saisi de remords et exposa ses idées de résignation et d’humilité dans l’Ecclésiaste (Qohelet) où il enseigne que le vrai bonheur n’est que dans la crainte de Dieu » (Arthur Weil) :
« Vanité des vanités, tout est vanité Les œuvres de Dieu durent éternellement
Souviens-toi de ton créateur aux jours de ta jeunesse Avant qu’arrivent les mauvais jours
Dont tu diras « ils ne me plaisent point » Avant que ne s’obscurcissent le soleil et la lumière, la lune et les étoiles
Et que l’Esprit ne remonte à Dieu qui l’a donné La conclusion de tous discours, écoutons-là
Crains Dieu et observe ses commandements c’est là tout l’homme

Car toutes les actions, Dieu les appellera devant son tribunal
Même celles qui sont entièrement cachées Qu’elles soient bonnes ou mauvaises »

Pour André Néher**, il serait faux d’imaginer que le peuple d’Israël dans son entier ait suivi Salomon dans cette décadence religieuse. La crise divise ici le peuple comme elle l’avait déjà fait sur le plan social ».

* Histoire Sainte Illustrée, Arthur Weil, Editions Victor Goldschmidt, Bâle, 1969
**Histoire biblique d’Israël d’André et Renée Neher chez Adrien Maisonneuve Editeur, 1996
Mise en ligne : 10 septembre 2014- Version 1- Israël Antique Salomon 4-70