Imprimer Imprimer

Le prophète Samuel tente d’agréger les tribus d’Israël autour de lui (22)

Hannah apporte son fils Samuel au grand-pêtre Eli Gravure de F.B. Schell tirée de ‘l’Histoire de la Bible’ de Charles Foster

Hannah apporte son fils Samuel au grand-pêtre Eli
Gravure de F.B. Schell tirée de ‘l’Histoire de la Bible’ de Charles Foster

Le prophète Samuel constate d’abord une déliquescence des mœurs et une absence d’esprit collectif des Hébreux. Il va tenter, seul, d’y mettre bon ordre. « C’est autour de l’an 1000 que se situe la judicature de Samuel (…) Il est probable que la conjoncture internationale et les bouleversements sociaux ont précipité le dénouement, qui aurait pu conduire à un catastrophe si l’exceptionnelle personnalité de Samuel n’avait réussi à surmonter tous les obstacles et à rétablir l’unité politique et religieuse du peuple », nous indique André Neher (Histoire biblique du peuple d’Israël*).


[frax09alpha]Après des années d’abandon de la Thora, de désagrégation du tissu national et d’engouement pour les pratiques étrangères, il fallait donner un coup d’arrêt à cette descente inexorable et c’est Samuel qui va le donner. « L’élan qui portait le peuple vers le Dieu d’Israël s’étendait de proche en proche, écrit Heinrich Graetz, (Histoire des Juifs**). Il ne manquait plus qu’un homme sérieux, plein de résolution et de zèle, capable de montrer le bon chemin au peuple aveuglé, pour relever ces esprits affaissés par un long deuil. Et l’homme surgit à point nommé, qui devait donner une face nouvelle à l’histoire israélite. Cet homme providentiel fut Samuel, fils d’Elkana. »

Samuel provoqua un coup d’arrêt à cette tendance à l’assimilation et agrégea auprès de lui les éléments épars du peuple israélite. Sa personnalité charismatique, sévère et imposante, joua un rôle déterminant. Après des années d’autonomie des tribus, il reforma le lien notamment grâce à sa dimension prophétique : « Ce qu’il avait ainsi vu, il l’annonçait, et ce qu’il annonçait se réalisait toujours » écrit Graetz. « Un jour, au plus fort du sommeil, il crut entendre de l’intérieur du sanctuaire, où était encore l’arche, une voix l’appeler par son nom. Ce fut sa première vision prophétique. Peu après s’accomplit cette série de malheurs, la défaite de l’armée israélite par les Philistins, la prise de l’arche, la mort d’Héli et de ses deux fils, la destruction de Silo. Arrêté dans son service par ce dernier événement, il revint à Rama dans la maison paternelle, sans aucun doute avec une profonde douleur. » Ressouder le lien ne suffit pas. Samuel va exiger une mesure radicale : « Que chacun détruise les idoles qu’il peut avoir chez lui », nous indique André Neher (Histoire biblique du peuple d’Israël).

Car Samuel est tout à la fois : chef temporel du peuple, juge, prêtre. Il cumule tous les pouvoirs, politiques et religieux mais aussi prophétiques.

Au niveau religieux, Graetz nous rapporte l’introduction de nouveaux rites: « Grâce à Samuel, un élément nouveau entra dans le culte israélite : la louange chantée, le psaume. Samuel lui-même, ancêtre des renommés psalmistes qui s’appelaient les fils de Coré, a, sans aucun doute, composé d’abord des cantiques pour le service divin (…) L’introduction des choeurs lévitiques et du chant des psaumes amoindrit naturellement l’importance des sacrifices. Les prêtres, les fils d’Aaron, furent relégués par Samuel au second plan, et, en quelque façon, laissés dans l’ombre. Un petit-fils d’Eli, Ahitoub, s’était enfui lors du désastre de Siloh et s’était réfugié à Nob, petite ville voisine de Jérusalem, emportant avec lui ses vêtements de grand prêtre. Bientôt les autres membres de la famille d’Aaron se rendirent également à Nob, qui devint ainsi une ville de prêtres.» Le prophète Samuel est donc prophète, élu de Dieu, homme de Dieu et personnage charismatique.

*Histoire biblique d’Israël d’André et Renée Neher chez Adrien Maisonneuve Editeur, 1996

**Histoire des Juifs d’Heinrich Graetz, 1874-76

 

Mise en ligne : 4 septembre 2014- Version 1- Israël Antique- Juges   2-22