Imprimer Imprimer

Le livre de Daniel préserve l’identité juive face aux rois chaldéens et perses (143)

Jeté dans la fosse aux lions, Daniel survit par miracle Gravure de Gustave Doré

Jeté dans la fosse aux lions, Daniel survit par miracle Gravure de Gustave Doré

La vision du prophète Daniel Gravure de Gustave Doré

La vision du prophète Daniel Gravure de Gustave Doré

Quand Nabuchodonosor déporta des Judéens à Babylone, il demanda que l’on choisisse parmi les personnes d’ascendance royale de jeunes gens, beaux et érudits. Il voulait les faire instruire dans les sciences chaldéennes afin de disposer de hauts fonctionnaires de qualité parmi le personnel de son palais. Parmi eux, quatre personnages : Daniel, Hanania, Mikhael et Azaria. Selon André Neher**, « arrivés en Babylonie, ils sont bien traités et envoyés dans une sorte d’école d’administration où ils reçoivent une bonne instruction et à la sortie de laquelle, ils peuvent devenir fonctionnaires chaldéens (…) Non souhaite pour eux une chaldéisation si complète qu’on change même leurs noms aux résonances trop hébraïques contre de purs noms chaldéens. (…) En Chaldée, ils vont accéder à des postes élevés et deviennent tous les quatre gouverneurs dans la province de Babylone. »
Ont-ils pour autant perdu leurs attaches avec Israël et son Dieu ? Pas le moins du monde. Ils étaient confrontés à un problème aigüe: astreints à partager les repas du roi, ils vouaient respecter les lois du casher. Comment faire ? Ils soudoyèrent un garde pour ne manger que de l’eau et des légumes sans que le roi ne s’en aperçoive. Après des études de dix ans, ils furent présentés au roi qui les trouva bien plus supérieurs à ses devins. Dans la deuxième année de son règne, le roi eut un songe qui l’agita tellement qu’il était incapable de le raconter. Interrogés, ses devins ne purent le satisfaire. Il menaça alors de faire mourir tous ses devins, Daniel et ses compagnons compris. Neher : « Leur attachement à la Thora les placera dans des situations critiques, où ils se montreront prêts au sacrifice de leur vie, si leur fidélité à Dieu est à ce prix. Daniel et ses compagnons sont ainsi les premiers martyrs de la foi juive. »
Daniel implora le roi de le laisser interroger le ciel pour lui apporter la réponse qu’il attendait. Dieu révéla à Daniel le songe du roi Nabuchodonosor et celui-ci le raconta au souverain, selon le résumé d’Arthur Weil*. « Le mystère que veut éclaircir le roi, ni devins ni astrologues ne peuvent le lui révéler. Mais il est un Dieu au ciel qui dévoile les secrets. (…) Tu as vu dans ton songe une grande statue. La tête était d’or ; la poitrine et les bras d’argent ; le ventre et les hanches d’airain ; les jambes de fer et les pieds partie fer et partie argile. Et pendant que tu la regardais, une pierre se détacha toute seule de la montagne et vint frapper soudain les pieds de la statue qui se brisa et fut réduite en poussière tandis que la pierre devint une montagne qui remplit toute la terre. »
Daniel interpréta alors le songe qu’il venait de décrire au roi : « La tête d’or, c’est toi, ô roi auquel le Dieu du ciel a donné puissance et gloire. Après toi, s’élèvera un autre empire, inférieur au tien, qui sera empire d’argent (l’empire des Mèdes) ; un troisième empire sera d’airain (l’empire des Perses) et un quatrième aura la force du fer, comme le fer brise tout (l’empire d’Alexandre le Grand) mais il sera faible car ses pieds sont d’argile et de fer. C’est à cette époque le Dieu du ciel suscitera un empire qui écrasera tous les autres éternellement (l’empire messianique). Alors le roi se prosterna face contre terre et dit : « Certainement votre Dieu est le Dieu des dieux, c’est lui qui dévoile les mystères. » Le roi combla de présents Daniel et ses compagnons. Et nomma Daniel « gouverneur de la province de Babylone. »
Nabuchodonosor était fier de ses conquêtes : La Judée, Jérusalem, l’Egypte. Il voulut se faire construire une statue d’or et que tout un chacun se prosterne devant elle, sinon le récalcitrant sera jeté dans la fournaise. Mais Daniel et ses compagnons se refusèrent à obéir suivant le commandement : « Tu n’aimeras pas un autre Dieu que moi ». Le roi leur dit : « Quel Dieu vous délivrera de ma main ? » Daniel répondit : « Le Dieu que nous servons pourra nous délivrer de ta main. Sache que jamais nous n’adorerons cette statue. » Daniel et ses compagnons furent garrottés et jetés dans la fournaise. Mais le roi, stupéfait, constata qu’ils marchaient, déliés et qu’un quatrième personnage (un ange protecteur) était avec eux. Il les fit sortir. Et ils étaient indemnes, sans aucune brulure, ni dommage. Le roi dit: « Béni soit le Dieu de ces Hébreux. »
Un jour, Balthazar, le roi de Babylone donna un festin où il demanda que l’on apporta les vases d’or et d’argent pris au Temple de Jérusalem. Tout à coup, apparut sur un mur une main d’homme qui écrivait quelques mots, que ni l’assistance ni les devins ne purent déchiffrer. Le roi fit venir Daniel qui lui dit : « En prenant la vaisselle sacrée du Temple de Dieu, tu t’es insurgé contre le tout puissant. C’est pourquoi il a écrit : « Mené, Mené, Tekel, Oufarsin Compté, Pesé, Divisé. Dieu a compté les jours de ton règne et en a résolu la fin, tu as pesé dans la balance mais tu as été trouvé trop léger ; ton royaume te sera arraché et divisé entre les Mèdes et les Perses ».
Le nouveau roi de Babylone, Darius voulut mettre au pouvoir Daniel. Mais sa cour s’y opposait et n’ayant pu lui trouver quelque défaut, elle poussa le roi à émettre un édit par lequel il serait défendu d’adresser des prières pendant 30 jours à qui que ce soit sauf au roi, sous peine d’être jeté dans la fosse aux lions. Bien naturellement, les satrapes surprirent Daniel en train de prier, agenouillé. Il fut déféré au roi et sur l’insistance de ses hommes, jeté à la fosse aux lions. Le lendemain, le roi alla à la fosse aux lions s’enquérir du sort de Daniel et de ses compagnons, qu’il appréciait. Il leur parla et vit qu’ils avaient tous survécu. Daniel fut retiré de la fosse et ses détracteurs jetés à sa place.
*Arthur Weil, Histoire Sainte d’Israël Editions Goldschmidt, Bale
**Histoire biblique du peuple d’Israël, André et Renée Neher, Adrien Maisonneuve Editeur, 1996