Imprimer Imprimer

La postérité dynastique du roi David et et la tradition rabbinique (52)

Le roi David occupe une position centrale dans le judaisme Gravue du site yekum.org

Le roi David occupe une position centrale dans le judaisme Gravue du site yekum.org

Dans la Thora, la dynastie de David est souveraine. Jewish Encyclopedia* revient longuement sur ces notions dans un article d’Israel Moses Ta-Shma sur l’image de David telle qu’elle a été retenue dans les écrits religieux et rabbiniques, article que nous résumons ci-après.

 ·    Dans les Agadoth, David Amelekh a laissé une image controversée. D’un côté, on lit : « La souveraineté de David ne cesse jamais » (Yal., num. 771). Le Midrash déclare : Dieu « se réjouit à David étant roi jusqu’à la fin des générations » (Genèse R. llergy), et que celui qui s’oppose à la souveraineté de la maison de David « mérite d’être mordu par un serpent » (Sanhedrin 110). La dynastie des Hasmonéens a été accusée de ne pas être de descendance davidique. Au temps du 2ème Temple, les Pharisiens ont souligné que la dynastie de la maison de David est éternelle et ils ont limité le pouvoir des autres rois : seuls les rois de la maison de David pouvaient juger et être jugés eux-mêmes et non des rois d’Israël (Sanhedrin 19 a) ; les rois de la maison de David étaient oints, mais pas les rois d’Israël (Hor. 11 b) ; et même lorsque ceux-ci étaient oints (lorsque la succession était contestée), l’huile essentielle de baume devait être utilisée et non l’huile d’onction prescrite. Il a également été jugé: « Dans la Cour du Temple, les rois de la maison de David seuls sont autorisés à s’asseoir » (Sotta 41 b).

             Le Midrash indique (Ruth R. 8:1): « David s’est interrogé devant Dieu : « Combien de temps vont-ils s’agiter contre moi, n’est-il pas de descendance mêlée ? N’est-il pas descendant de Ruth la Moabite? » Afin d’impressionner l’importance de la maison de David dans la conscience du peuple juif, les rabbins ont affirmé : « Celui qui ne fait pas mention du Royaume de la maison de David dans la bénédiction « qui a rebâti Jérusalem dans les prières de grâce après les repas, n’a pas respecté son obligation » (Berakhot 48 b). Dans la prière de l’Amida, ils ont inclus une prière pour  « la restauration du Royaume de la maison de David ».

·         David, autorité halakhique : David a été exalté par les rabbins comme une autorité halakhique et un savant de la Torah. Son empressement était tel que l’ange de la mort était impuissant sur lui parce que « sa bouche n’a pas cessé d’apprendre » l’étude de la Torah, le protégeant de la mort. C’est seulement lorsque par une ruse, l’ange de la mort a interrompu son étude qu’il a été en mesure de le réclamer (Talmud de Jérusalem Shabbat. 30). Le vœu de David était: «C’est peut-être ta volonté que les mots de la Torah soient répétés dans mon nom dans ce monde » (Yevamoth. 96 b). Sa grande diligence se reflète également dans la déclaration, « David disait: « Seigneur de l’univers ! Tous les jours je pense aller à un certain endroit, mais mes pieds me font aller dans les synagogues et les centres d’étude » (Lévitique R., 35: 1) ; et, « David a dit: « Dieu, béni soit-il, a noué un pacte avec moi que je maîtriserai l’écriture, la Mishnah, le Midrash et les halakhot aggadot » (Yalkut., II Samuel 165). David apparaît également comme une autorité halakhique et av bet din (Ber. 4 a), et le décret interdisant à un homme d’être seul avec une femme non mariée est attribué à son bet din (Sanhedrin. 21 b, et al.). « Tout homme qui part à la guerre de la maison de David rédige un get (acte de divorce) pour sa femme, afin qu’elle puisse se remarier, s’il ne revient pas et son statut est incertain » (Shabbat 56 a). Il a composé beaucoup de prières et a fixé le nombre de divisions sacerdotales à 24 (Ta’anit 27 a).

·         David reconnu par les prophètes d’Israël : Plusieurs prophètes ont reconnu se réfèrer à David comme emblème de la dynastie qui régnera en Israël en son temps : Amos, Osée, Isaïe, Jeremiah et Ezéchiel. Pareil pour Zacharie, Ezra, Nehemiah qui en font le fondateur du culte.

 ·         A propos de sa paternité du Livre des Psaumes : Le Talmud discute si les Psaumes sont considérées comme entièrement l’oeuvre de David ou celle de plusieurs auteurs, dont David. L’avis de Rabi Meir a tranché sur ce point: « Toutes les louanges du livre des Psaumes ont été prononcées par David » (Pessachim117 a). L’instruction (Baba Batra 14 b) que « David a écrit le livre des Psaumes, en y incluant les travaux de 10 anciens » est comprise à la lumière du Midrash: « Bien que 10 hommes aient composé le livre des Psaumes, il est nommé d’aucun d’entre eux, mais il l’est de David. » 

 *Traduction libre à partir d’un article de Jewish Encyclopedia. http://www.jewishencyclopedia.com/articles/4922-david Jewish Encyclopedia est publié par la société de Théologie Juive de Philadelphie

Mise en ligne : 9 septembre 2014- Version 1- Israël Antique-David-  3-52