Imprimer Imprimer

La Judée, un régime théocratique, sous l’empire perse ? Des historiens le contestent (169)

 

C’est la thèse d’Ernest-Marie Laperrouzaz, historien et archéologue français, professeur honoraire à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études en France. Il la résume ainsi dans un article paru dans un ouvrage collectif de l’historien André Lemaire, ‘la Palestine à l’époque perse’*: « Généralement, on estime qu’à l’époque perse fut instauré à Jérusalem un régime théocratique : un même personnage ayant alors cumulé le pouvoir laïque et le pouvoir religieux. Pourtant, de récentes découvertes de documents (…) n’invitent-elles pas à reconsidérer cette appréciation en quelque sorte traditionnelle ? »

Sur quoi se fonde la thèse du spécialiste français, décédé en 2013 ? Sur les travaux de chercheurs israéliens, professeurs à l’université hébraïque de Jérusalem :: l’analyse par Shmuel Talmon d’un ouvrage de Nahman Avigad intitulé ‘Bulles et sceaux des archives du royaume de Judée datant du retour de l’exil de Babylone’.  Le professeur Talmon de l’université hébraïque de Jérusalem ajoute à la liste des gouverneurs juifs de la province perse Yehuda Medinata, gouverneurs qui ont précédé Nehemia (Shesbaççar, Zorobabel, Nehemia figurant respectivement dans Ezra, Haggai, Nehemia) d’autres noms : Elnatan, gendre de Zorobabel, Yeho’ever et Ahzai. Cette découverte, qui comble « le fossé des gouverneurs », renforce l’hypothèse d’Avigad d’une « Judée, province autonome dans l’empire perse pendant plus d’un siècle ». Et partant, cette affirmation ruine l’hypothèse du bibliste allemand Albrecht Alt d’une Judée dominée par la Samarie dans la période entre Zorobabel et Nehemia.

Avigad complète ses travaux* avec les gouverneurs qui ont succédé à Nehemia, dont deux seuls sont, dit-on, connus : Bagoas et Yehezqiah.  Conclusion de Laperrouzaz : « C’est donc jusqu’à la fin de l’époque perse que se trouve attestée l’existence de gouverneurs juifs de la province de Judée ». Mais à l’époque hellénique (dès 332 et jusqu’à 63 avant JC), poursuit l’expert français, « on ne trouve pas trace de gouverneur ou de chef laïque de Judée. Alors seulement, semble-t-il bien, le chef du sacerdoce hiérosolymitain va cumuler le pouvoir laïque et le pouvoir religieux, la Judée va connaître un régime théocratique. » Enfin, quant à la ville elle-même de Jérusalem, que Laperrouzaz a étudiée, il en ressort qu’elle était plus nombreuse que l’on ne le croyait. Nehemia évoquait 3 044 personnes, soit 11 000 adultes (selon le calcul de l’archéologue israélien Maguen Broshi***) auxquels s’ajoutent les descendants de Shela, les esclaves et servantes, les chanteurs et chanteuses, soit quelques 12 000 personnes. Soit au total, quelque 50.000 personnes. De plus, l’examen archéologique ne conclut pas que la Jérusalem d’après l’exil ait eu une population moins nombreuse par rapport au passé. Comme l’écrit André Lemaire, « l’activité semble avoir été centrée autour du Temple de Jérusalem, de son ‘trésor’ et de ses magasins jouant probablement comme souvent, dans le Proche Orient ancien, le rôle d’une sorte de banque ».

Selon André Lemaire, l’économie de la province juive tourne autour du Temple et de Jérusalem, la Judée, peuplée de quelques 50.000 personnes, s’étant rétrécie à 25 kilomètres autour de la ville. Certes, souligne l’historien, on note la présence de marchands tyriens sur le marché de Jérusalem. Et la population juive est divisée en deux couches : les « am haaretz », le petit peuple du pays, composé de vignerons et de bergers d’une part, et les « rapatriés » de Babel, les « bene haguedolah », revenus en plusieurs caravanes de Babel et composés de lettrés : scribes, techniciens qui ont lutté pour la pureté de la langue (Néhémia 13,24).

* Auteur de La Palestine à l’époque perse (avec André Lemaire), Editions.du Cerf, 1994

** Mr Broshi évalua, selon l’article de Mr Laperrousaz, la population de Jérusalem du temps du roi Salomon à 5 200 personnes et celle du temps de Josias à 20 000.

La succession probable des gouverneurs et grands prêtres

sous l’occupation perse (Source André Lemaire)

Gouverneurs de Judée Grands-prêtres du 2ème Temple
Sheshbassar vers 538 avant JC Yehosadoq : vers 550 avant JC
Zorobabel vers 515 avant JC Yehoshoua : de 520 à 515 avant JC
Hananyah, frère de Zorobabel Hoyakim : début 5ème siècle avant JC
Elnatan, beau-frère de Hananyah           Eliashiv 1er ; vers 445 avant JC
Ouryav Yoyada : vers 430 avant JC
Nehemia : de 445 à 432 Yohanan II : vers 350 avant JC
Bagohi de 410 à 407 Yaddu’a : vers 332 avant JC
Yehezquia de 380 à332  

Les années sont avant JC, et relèvent de la chronologie conventionnelle