Imprimer Imprimer

La dynastie de Jéhu s’installe dans le royaume du nord (106)

 

Jehu vient à bout des prêtres de Baal mais sans renier les dérives idolâtres de Jéroboam

Jehu vient à bout des prêtres de Baal mais sans renier les dérives idolâtres de Jéroboam

Une seule dynastie, celle de Jéhu (1)*, l’homme qui extirpa le royaume du nord des cultes idolâtres, se maintient sur le trône du royaume d’Israël avec, après lui, Joachaz (2), puis Joas (3), indique André Neher (Histoire Biblique du peuple d’Israël). Explication : si la réforme religieuse mise en place par Jéhu, fondée sur l’interdiction du baalisme, est bien introduite, l’abolition du schisme qu’il visait a tourné court car Attalia, reine de Juda avait aussitôt barré la route à toute intervention extérieure. [frax09alpha]

Jéhu ne voulant pas conserver la ville de Samarie, capitale de la dynastie des Omrides et du baalisme, il en fit une capitale administrative et il mit l’accent sur Bet El et Dan. Le vieux temple de Bet El, où l’on vénérait des statues de veaux, devient le sanctuaire royal. C’est le compromis du jéhuisme.
Jéhu s’appuie sur les nationalistes, partisans de la religion de Jéroboam. « S’il condamnait sévèrement le baalisme phénicien, il admettait dans son principe même le baalisme cananéen puisque les veaux de Bet El dérivaient de l’idolâtrie du baal cananéen » (Neher*). Même Samarie s’y met avec son pieux sacré (ashéra), image de l’Astartée cananéenne. Neher explique : « De populaire qu’elle avait été, la religion de Jéroboam transmutée par le jéhuisme, deviendra aristocratique : ce sera une religion de caste. Ainsi le jehuisme s’appuie sur deux couches principales : le sacerdoce de Bet El et l’aristocratie militaire ». C’est dire que les préoccupations du bas peuple ne sont pas sa priorité et l’on verra l’inégalité sociale s’aggraver dans le royaume du nord. L’impact est que les Rékabites –partisans de Jonadab ben Rekab, figure du nomadisme et de l’ascétisme juif (non consommation de vin)- ne restent pas attachés à Jéhu qu’ils avaient pourtant aidé au début de sa carrière.
Parallèlement, le royaume connaît un renouveau économique du fait « de la reconquête du marché araméen et de la main mise sur le territoire de Galilée en bordure de la Phénicie » (Neher). Les Hébreux ont appris les bases du commerce international et supplantent leur si jalousé voisin, la Phénicie. Israël importe d’Aram objets d’art, ivoires d’Arslan-Tash, meubles et toute la variété des bijoux araméens (que le prophète Isaïe décrira et raillera (Isaïe 3,13-23), lits d’ivoire et divans, etc.
Parallèlement, la paysannerie s’appauvrit et, indique André Neher, « va disparaître dans l’esclavage ». Le commerce des esclaves conduit à l’entrée en relation avec les Grecs. Ezra a écrit que le commerce entre les deux pays (Israël et Ionie) s’étendait aux objets de cuivre et aux personnes humaines » (27,13).
De là à conclure que ce sont les Hébreux qui ont initié les Grecs à la philosophie, il n’y a qu’un pas que l’historien Heinrich Graetz (Histoire des Juifs**) franchit. Ce développement donne naissance à une classe de bourgeois (appelée « guibborim, hazaquim, amicim ») qui adopte les styles de vie fondés sur la recherche systématique du luxe, de la jouissance, de la musique, etc, à côté de la multiplication des miséreux qu’on affuble alors de noms divers : « anavim, dalim, ebyonim, cadiquim ». La division sociale conduit à une désagrégation morale où le pouvoir est du côté des nantis, ce qui conduit à la multiplication des actes de banditisme et à une dégénérescence morale. Conséquence : « la réapparition de Baal sous des formes syncrétiques » (Neher), qu’on avait combattu au départ..

*Histoire biblique du peuple d’Israël, André et Renée Neher, Adrien Maisonneuve Editeur, 1996
**Heinrich Graetz, Histoire des Juifs, 1874-76

(1) Jéhu régna ans sur Israël de -842 à – 814 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)
(1) Joachaz ou Jehoahaz régna 17 ans sur Israël de -817 à -800 avant JC, selon l’institut Bialik de Jérusalem Biblical Encyclopedia)
(2) Joash régna 16 ans sur Israël de -800 à -784 avant JC, selon l’institut Bialik de Jérusalem Biblical Encyclopedia)