Imprimer Imprimer

Josué partage les terres conquises entre les 12 tribus (9)

Josué partage les terres conquises entre les 12 tribus d'Israël Carte de Wikipedia Licence cc-by-sa

Josué partage les terres conquises entre les 12 tribus d’Israël
Carte de Wikipedia Licence cc-by-sa

Israël a acquis une certaine suprématie militaire mais, indique l’historien israélien H.H. Ben-Sassoon, auteur  de « A history of the jewish people »*, (Harvard University Press) mais elle se concentre surtout dans les régions montagneuses alors que dans les régions plates, les tribus hébreux sont tenues en respect par l’utilisation par les peuplades du chariot de fer, leur principale arme.

De plus, de contrée peuplée de tribus, Israël doit s’ériger en pays-Etat digne de ce nom. C’est l’heure du partage des territoires entre les différentes tribus. Selon André Neher, auteur de l’histoire biblique du peuple d’Israël** : « Josué réalise un partage tribal du pays tel que les grandes lignes en avaient été tracées dans la Torah (…) Les différentes tribus se voient attribuer par le sort une fraction plus ou moins grande du territoire national. Au sud, Simeon et Juda en reçoivent une part importante. Au centre, la demi-tribu de Manassé, Ephraim qui reçoit une part aussi importante que Juda au sud, et Benjamin dont le territoire forme une sorte de bordure entre Juda et Ephraim et qui sera amenée à jouer le rôle de tampon entre ces deux tribus. A l’ouest, sur la partie conquise de la plaine côtière, Dan. Au nord, Issachar, Zabulon, Asher et Naphtali, ces deux dernières tribus atteignant les points les plus septentrionaux du pays ». Les tribus d’Ephraim et de Manassé (de la famille de Joseph) voulant tirer parti de la présence de Josué –un des leurs- à la tête d’Israël, prétendirent aux parts les plus fertiles.

Mais Josué ne répondit pas positivement à cette demande. Résultat : ces deux tribus refusèrent dès lors à prendre part aux entreprises communes aux douze tribus. La conséquence fut désastreuse: les autres tribus voulurent faire comme elles et passèrent à l’acte, souligne Heinrich Graetz écrit dans son Histoire des juifs : « Ce que n’avaient pas osé les Joséphides, quatre tribus l’entreprirent résolument : Issachar, Zabulon, Aser et Nephtali. Elles descendirent dans la plaine de Jezréel (Esdrelom), où s’établit une partie d’entre elles, tandis que l’autre poussa plus au nord, dans le haut pays qui s’étend au pied de la montagne. Ces tribus étaient, encore moins que les Joséphides, en mesure de guerroyer contre les habitants de la plaine, parce qu’elles n’auraient pu tenir contre les chariots de guerre qui la parcouraient aisément en tous sens. La tribu d’Issachar s’en tenait aux pâturages qu’elle avait été heureuse de trouver dans cette grande plaine, et ne songeait pas, pour le moment, à posséder des places fortes. (…) Sa jumelle, la tribu de Zabulon, moins amoureuse de repos, parait avoir acquis par la force, dans le haut pays au nord du Thabor, des positions solides. Les deux autres tribus, Aser et Nephtali, eurent plus de difficulté à s’établir de ce côté-là, en effet, la population cananéenne était plus belliqueuse et plus étroitement unie (…) Avec les guerriers qu’il réunit, Josué tomba à l’improviste sur les Cananéens commandés par Jabin, près du lac de Mérom, les battit et les mit en fuite. Ce fut la seconde grande victoire qu’il remporta sur ses ennemis coalisés.»                                 

A la même époque, quatre autres tribus conquirent seules leur place dans le sud. La tribu de Benjamin reçut le territoire des Gabaonites, avec quelques annexes. Les autres tribus n’avaient plus que le sud et l’ouest. Parmi elles, celle de Juda (Yehoudah), indique Graetz : « était une des plus nombreuses et des plus puissantes, et celle de Siméon s’appuyait sur elle, comme une tribu vassale sur sa suzeraine. La tribu de Dan fut de toutes, la plus disgraciée (…) Les Danites devaient s’emparer du bas-fond ou de la plaine de Saron jusqu’à la mer, et s’y établir. Mais les Amoréens les en empêchèrent, les obligeant à se retirer sur la montagne. (…) Dan fut donc longtemps réduit à une vie de campement, et plus tard contraint d’émigrer (…) dans le nord. (…) Seule, la tribu de Lévi était restée complètement dépourvue de territoire. La règle instituée par Moïse avait été fidèlement observée. (…) « 

*A History of the Jewish people H.H. Ben Sasson Harvard University Press

**Histoire biblique d’Israël d’André et Renée Neher chez Adrien Maisonneuve Editeur, 1996

***Histoire des Juifs d’Heinrich Graetz, en format numérique, 1874-76

Mise en ligne : 3 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  1-10