Imprimer Imprimer

Josué fait de Siloh le siège du Tabernacle (11)

Elements  en or figurant dans le Tabernacle: arche, table des pains de proposition, meuble  avec les séraphins (Charles Foster)

Elements en or figurant dans le Tabernacle: arche, table des pains de proposition, meuble
avec les séraphins (Charles Foster)

Le tabernacle dans le désert pendant l'exode source wikimedia

Le tabernacle dans le désert pendant l’exode source wikimedia

Comme le conte André Neher dans son histoire biblique du peuple d’Israël*,  « Josué installe solennellement en présence du peuple entier le Tabernacle (…) Par contre, la présence du Tabernacle en Ephraïm, jointe à l’origine ephraimite du premier chef, vont entraîner chez les Ephraimites un sursaut d’orgueil et un désir de suprématie. »

Jewish Encyclopedia, l’encyclopédie juive américaine** précise que « Shiloh est la ville d’Ephraïm où avaient été placés l’arche et le sanctuaire. Là, la famille d’Eli officiait. Comme l’arche n’avait pas été ramenée à Shiloh quand elle avait été trouvée chez les Philistins, qui la détenait depuis un certain temps, et comme les fils d’Eli ont officié dans le sanctuaire de Nob, sous le règne du roi Saül, on peut supposer que le sanctuaire de Shiloh fut détruit par les Philistins. Selon le Code sacerdotal, le tabernacle a été mis en place à Silo (Josué 18, 2) qui par conséquence est devenu le centre religieux pour l’ensemble du peuple hébreu, où la terre a été répartie entre les tribus et où la Congrégation était assemblée (Josué 18,8). »

Selon la Torah, les Lévites, nés prêtres, étaient interdits d’activité professionnelle et devaient vivre sur la base de ce que les autres tribus devaient leur donner, afin de se consacrer au sanctuaire et à la Loi, Heinrich Graetz, auteur de l’histoire des juifs*** : « Ghilgal, siège de l’arche et centre de ralliement, ne pouvait garder à jamais cette prérogative (…) Il allait de soi, étant donnée la situation générale, que c’était dans la tribu d’Éphraïm qu’il fallait le chercher. Silo fut choisi à cet effet ; c’est là qu’on transporta l’arche d’alliance et qu’on érigea un autel. Là était le rendez-vous, sinon de toutes les tribus, au moins des tribus centrales, Éphraïm, Manassé et Benjamin. Le grand prêtre descendant d’Aaron, Phinéas, et ses successeurs, fixèrent leur résidence à Siloh. (…) Beaucoup de Lévites, selon toute apparence, y séjournèrent également, tandis que d’autres vivaient dispersés dans les villes des autres tribus et menaient, en somme, une existence vagabonde. » Comme le précise encore Neher, Josué distribue aux Lévites 48 villes désignées dans les différentes tribus de ci et de Transjordanie dont « 6 sont des villes de refuge pour les meurtriers involontaires » : Quadesh (tribu de Naftali), Sichem (Ephraïm), Hébron (Judah), Becer (Ruben), Ramoth Gilead (Gad), Golan (Manassé). Josué va-t-il pouvoir mourir tranquille ? Pas sûr.

Quand un peu plus tard, le juge Eli a le pouvoir et qu’Hébreux et Philistins se combattent, et qu’Israël perd pied (à Even-Haezer), le recours immédiat qui vient à l’esprit du dirigeant hébreu, c’est d’avoir recours  à l’Arche pour forcer le destin et l’emporter. Comme André Neher le souligne, ils confondent l’Arche et une amulette. Les fils d’Eli, qui n’avaient pas bonne réputation, livrent donc l’Arche au peuple, ce qui n’empêche pas qu’ils essuient une nouvelle défaite.  Comble de malchance, voilà que les Philistins s’emparent de l’Arche, vont à Shilo et détruisent la ville. Mais les ennemis Philistins vivent toutes sortes de problèmes qu’ils attribuent à l’Arche. André Neher nous précise que l’Arche est d’abord dans des bourgs de Juda, puis dans la ville de Nov où se sont réfugiés les Cohanim.

*Histoire biblique d’Israël d’André et Renée Neher chez Adrien Maisonneuve Editeur, 1996

** Traduction libre d’un article de Jewish Encyclopedia disponible à l’adresse suivante:

http://www.jewishencyclopedia.com/articles/8906-joshua-jehoshua

Jewish Encyclopedia est publiée par la Société de Théologie Juive de Philadelphie

*** Histoire des Juifs d’Heinrich Graetz, en format numérique, 1874-76

 

Mise en ligne : 3 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  1-7