Imprimer Imprimer

Josué établit une démocratie religieuse directe (10)

Les 12 tribus d'Israël sont représentées sur le pectoral (umim ve toumim) du grand-prêtre, le Cohen Gadol Dessin paru sur Dafina

Les 12 tribus d’Israël sont représentées sur le pectoral (umim ve toumim) du grand-prêtre, le Cohen Gadol
Dessin paru sur Dafina

Les villes refuges (des Levites) visent à éviter la mort par vengeance des meurtriers involontaires

Les villes refuges (des Levites) visent à éviter la mort par vengeance des meurtriers involontaires

L’organisation du pouvoir dans le désert pouvait-elle durer pour le peuple d’Israël une fois qu’il s’est établi en terre de Canaan et que de peuple nomade, il devint peuple sédentaire ?

Selon l’historien français Neher*, « sous Josué, l’Etat d’Israël est une sorte de dictature, au sens qu’aura ce mot sous la république romaine, régime exceptionnel où les pouvoirs sont conférés à un seul homme, mais à titre temporaire seulement. [frax09alpha]Aussi le lien entre le chef et l’ensemble du peuple est-il étroitement maintenu par des contacts fréquents » lors d’assemblées populaires. Aussi peut-dire aussi qu’il s’agissait d’une démocratie religieuse directe ou d’un régime d’exception personnel.

Avant de mourir, Josué demande « de renouveler à l’unanimité l’Alliance, à la cérémonie par laquelle Salomon inaugure le Temple de Jérusalem et où  le peuple a un rôle de simple spectateur, l’acteur unique étant le roi. » Neher poursuit : « Le partage du pays entre les différentes tribus indique que Josué, fidèle à l’esprit de la Torah, voulait faire d’Israël une fédération de tribus groupées autour d’un centre religieux : le Tabernacle et son culte. En fait, le partage effectué ne sera que provisoire, car les tribus au lieu de se retrouver dans une mission commune, se lanceront dans des politiques particularistes et séparatistes. »  Des tribus sont prises sous l’ombrelle d’autres : Simeon et demi-Manassé, par Juda ; demi-Manassé par Ephraïm. Dan changera de territoire, repoussée vers le nord par les Philistins. La présence côtière d’Asher est rétrécie au seul profit des Phéniciens. Les tribus de Transjordanie acquièrent une indépendance. Cette évolution accentue la rivalité entre Juda et Ephraim à telle enseigne que Saul, premier roi d’Israël sera choisi dans la tribu de Benjamin pour faire tampon entre les deux tribus majeures d’Israël.

Josué affirme l’unité religieuse face à une tentative avortée d’autonomie religieuse

Des tribus transjordaniennes avaient construit un autel sur les rives du Jourdain. Selon Neher, Josué envoie une délégation qui fait valoir qu’un seul tabernacle peut exister, pas deux ou plus. « La réponse des tribus incriminées est pleine de dignité », précise Neher. Elles se défendent : on voulait simplement quelque chose de visible et de concret, rien de concurrent à l’autel de Silho. « Afin que vos fils ne disent pas demain à nos fils : vous n’avez pas de part à l’Eternel. Nous avons dit s’ils nous disent cela demain à nous et à nos descendants, nous leur dirons regardez la construction de l’autel de l’Eternel qu’ont faites nos ancêtres, non pour une offrande, non pour un sacrifice. Mais comme un témoignage entre vous et nous. » (Josué 22, 27-29). Les émissaires de Josué acceptèrent et l’autel subsista uniquement comme témoin, précise Neher.

Josué renouvelle la cérémonie de rappel de l’alliance de Dieu et d’Israël dans la ville de Sichem. L’historien Neher explique: « Le peuple est réuni en un seul groupe auquel Josué adresse ses exhortations. Il l’adjure à un choix décisif entre l’Eternel et les idoles. Lui-même et ses proches se déclarent prêts à suivre l’Eternel. Le peuple est-il décidé à faire de même ? Le peuple s’engage alors solennellement à n’adorer que l’Eternel, le Dieu unique. L’alliance étant renouvelée, Josué érige une pierre qui commémore cette journée. » En choisissant la ville de Sichem, ville où a été enterrée la dépouille de Joseph, où Jacob a acheté cette terre, Josué atteste de la filiation entre ces actes passés et la conquête présente de Cannaan.

 

*Histoire biblique d’Israël d’André et Renée Neher chez Adrien Maisonneuve Editeur, 1996

 

Mise en ligne : 3 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  1-9