Imprimer Imprimer

Josias purifie Juda de l’idolâtrie et rénove le Temple où est découvert le Livre de la Loi (122)

Josias, roi de Juda, fait mettre à mort les prêtres de Baal Gravure de Gustave Doré

Josias, roi de Juda, fait mettre à mort les prêtres de Baal Gravure de Gustave Doré

Josiah écoutant la lecture de la Loi, découverte au Temple par Julius Schnorr von Carolsfeld. Source Wikipedia

Josiah écoutant la lecture de la Loi, découverte au Temple par Julius Schnorr von Carolsfeld. Source Wikipedia

Succédant à son père Amon (1), idolâtre tué par ses serviteurs, Josias (2) n’a que 8 ans. Il règnera 31 ans sur Juda, de – 640 à – 609 avant JC. « Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Eternel, et il marcha dans toute la voie de David, son père; il ne s’en détourna ni à droite ni à gauche» (Rois II, 22,2). Il prend de la stature et à l’âge de 20 ans, il s’engage dans une lutte de longue haleine avec un seul objectif : purifier le royaume.

A 20 ans, il débarrasse son royaume de ses pratiques idolâtres : « On renversa devant lui les autels des Baals, et il abattit les statues consacrées au soleil qui étaient dessus; il brisa les idoles, les images taillées et les images en métal fondu et les réduisit en poussière » (Chroniques II 34,3). Les os des prêtres qui sacrifient aux faux dieux furent même brûlés. Le roi Josias s’engage personnellement, parcourant tout le royaume. A Béthel, Josias renverse l’autel édifié par Jéroboam 1er, le fondateur du royaume des dix tribus. Trois cent ans auparavant, un prophète, Amos, avait annoncé la parole de l’Eternel: « Voici, il naîtra un fils à la maison de David; son nom sera Josias; il immolera sur toi les prêtres des hauts lieux qui brûlent sur toi des parfums, et l’on brûlera sur toi des ossements d’hommes! » (Rois II 13,1).

Josias purifie les restes de l’ancien royaume d’Israël, disparu un siècle auparavant. Puis les villes de Manassé, d’Ephraïm, de Siméon et jusqu’en Nephtali et fit de même dans les ruines aux alentours (Chroniques II, 34,6). A 26 ans, Josias fait réparer le Temple. « Il envoya Schaphan, chef de la ville, et Joach, l’archiviste, pour réparer la maison de l’Eternel, son Dieu. » (Chroniques II, 3). L’argent des dîmes et des dons volontaires du peuple sert à payer les ouvriers. Des travaux de réparation du Temple sont engagés.

« Durant ces travaux, Hilkijà, le sacrificateur, trouve le livre de la Loi. Au moment où l’on retira du coffre l’argent qui avait été apporté au Temple de l’Eternel, le prêtre Hilkijà découvrit le livre de la Loi de l’Eternel transmise par Moïse» (Chroniques II, 34,14). Hilkijà donne le livre à Schaphan le scribe qui l’apporte au roi et à sa demande, lui en fit lecture (Chroniques II 34,18). A l’écoute de ces paroles, Josias déchire ses vêtements. Il dit à ses serviteurs: « Allez, consultez l’Eternel pour moi et pour ce qui reste en Israël et en Juda, au sujet des paroles de ce livre qu’on a trouvé; car grande est la colère de l’Eternel qui s’est répandue sur nous, parce que nos pères n’ont point observé la parole de l’Eternel et n’ont point mis en pratique tout ce qui est écrit dans ce livre. » (Chroniques II, 34,21). Sur ordre de Josias, le sacrificateur Hilkijà consulte la prophétesse Hulda qui confirme ce que Josias a lu dans le livre de la Loi: « Etant donné que le peuple s’est éloigné de l’Eternel, celui-ci va déverser sa fureur sur lui. Josias ne verra pas cette période de jugement. »

L’historien français Stéphane Encel** (Les Hébreux) s’interroge : « Quel pouvait être « ce livre », caché, oublié, perdu, qui soutint plus tard la réforme royale ? Les spécialistes depuis longtemps l’identifient au Deutéronome ou à sa partie législative. » “Le problème de l’identité du livre découvert, explique encore l’historien israélien Hillel Haim Ben-Sasson** dans son oeuvre maîtresse, A history of the jewish people est central à la recherche biblique. Il est en général accepté que le Livre de la Loi était le Deutéronome ou au moins une partie considérable du livre, en particulier la partie sur l’alliance. C’est le seul livre qui insiste sur l’interdiction absolue de l’adoration partout sauf dans la ville choisie. Des recherches récentes montrent que le Deutéronome a été conçu comme une alliance entre Israël et son Dieu. C’est en fait un traité par lequel Israël accepte d’être le vassal de Dieu tout puissant. »

Josias veut faire profiter le peuple de la lecture du Livre de la Loi. Il rassemble tout le peuple au temple, y compris les enfants! Josias lut devant eux toutes les paroles du livre de l’alliance, qu’on avait trouvé dans la maison de l’Eternel (Chroniques II, 34,30). Le roi Josias s’engage à être fidèle à l’Eternel et à obéir à ses ordonnances. Il oblige le peuple à s’engager à servir l’Eternel.

Son entreprise de purification prend tout son sens. Il fait disparaître ceux qui évoquent les esprits ou qui prédisent l’avenir, les idoles et les théraphim (idoles), et toutes les abominations afin de mettre en pratique les paroles de la loi (Rois II, 23, 24). La 18ème année de son règne, Josias célèbre la Pâque à Jérusalem avec de nombreux sacrifices (37.600 agneaux et 3.800 bœufs). C’est la plus grande célébration de la Pâque depuis l’époque du prophète Samuel. Josias intervint personnellement dans tous les détails. Josias préleva pour la Pâque trente mille agneaux … sur ses propres troupeaux. (Chroniques II 35,7).

Le renouveau de ferveur religieuse lancé par Josias donna naissance à une nouvelle composition historiographique qui forme la base des Livres des Rois actuels, écrit l’historien israélien Hillel Haim Ben-Sasson dans A history of the jewish people*. Un historien contemporain (à Josias) écrivit à Jérusalem l’histoire d’Israël jusqu’à sa propre époque à partir d’un point de vue critique fondé sur deux principaux points : (1) le royaume du nord a été détruit car il a rejeté le Temple de Jérusalem. Jéroboam a été le premier pêcheur et son pêché initial a été répété par chacun de ses successeurs ; (2) la dynastie davidique a été la seule dynastie légitime, régnant par la vertu de ‘ont pas eu pour résultat la destruction de Juda mais uniquement l’alliance divine avec David ; aussi les transgressions des cultes par les rois judéens, leur faiblesse envers les divinités et l’idolâtrie, ne produisirent pas la destruction de Juda mais seulement la réprimande d’un roi en particulier. (…) » Ce propos est à rapprocher du lien établi entre le pêché initial de Jéroboam et la parole du prophète Elie, qui s’adressant à lui  qui s’autoproclame prêtre sur l’autel de Bethel : « O autel, ainsi parle le Seigneur, un enfant va naître dans la maison de David et son nom sera Josiah et sur toi seront offerts les prêtres des hauts lieux qui font brûler l’encens sur toi et les os de ces hommes seront brûlés sur toi (Rois I, 13,2). »
« Le règne de Josiah fut aussi une période de croissance économique et d’expansion géographique » nous indique l’historien israélien Hillel Haim Ben-Sasson dans A history of the jewish people*, évoquant l’extension à Beersheva au sud et à la Galilée au nord, à l’ouest les avancées en Philistie du nord et la reprise en mains de la voie commerciale de la côte, toutes opérations qui permirent une meilleur développement du commerce.

(1) Amon régna sur Juda de – 641 à -640 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)
(2) Josias ou Josiah régna sur Juda de -639 à -609 avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)
*Heinrich Graetz, Histoire des Juifs, 1874-76
** Stéphane Encel, Les Hébreux, Armand Colin, 2009
***Haim Hillel Ben-Sassoon, « A history of the jewish people », Harvard University Press,1994

Mise en ligne : 6 octobre 2014- Version 1- Israël Antique-Exil 6-122