Imprimer Imprimer

Plus de trente livres sont attribués au roi Salomon (71)

Le roi Salomon fut, dit-on, un roi prolixe, comme le démontre le nombre de livres qu’on lui prête dans les domaines les plus divers. Selon Jewish Encyclopedia, « l’ampleur du travail littéraire permanent de Salomon est très incertaine. Il est possible qu’il ait laissé plusieurs Psaumes et une partie du livre des proverbes et que sa vie ait servi de base au livre de l’Ecclésiaste et éventuellement de certains éléments du Cantique des cantiques. C’est sous son inspiration qu’il composa ses trois œuvres: Cantiques, Proverbes et Ecclésiaste (Soṭah 48 b). En raison de sa sagesse proverbiale, Salomon est le héros de nombreuses histoires, dispersées dans la littérature midrashique. Beaucoup ont été collectées par Jelinek (un universitaire autrichien dans «Bet ha-Midrash». Jewish Encyclopedia dresse une liste exhaustive des livres de Salomon et aussi des livres ou des pseudo-livres qui lui sont attribués, en vertu des légendes qui, à travers les siècles, ont couru sur lui et ses capacités prodigieuses. Nous avons numéroté ci-après ces livres, qui pour certains ont été publiés dans des langues profanes.
(1) « Le livre du roi Salomon », cité dans le Zohar et aussi dénommé « Le livre de la sagesse du roi Salomon »
(2) « une œuvre citée dans le Zohar signifiant « Le livre d’Asmodée, qu’il donna au roi Salomon » (Zohar iii. 194 b). Ce livre de magie contient des formules pour dominer les démons et sa paternité est souvent attribuée à Salomon
(3) un livre sur les médicaments. Cet ouvrage est mentionné par Abu Aflah et par Naḥmanide dans l’introduction à son commentaire sur le Pentateuque. Il est très probable qu’il s’agisse du livre de la médecine qu’Hezekiah a occulté (voir Ézéchias dans la littérature rabbinique).
(4) « A la fin de la description de l’ouvrage de médecine transmise par l’ange Raziel à Noé (Jelinek, Bet ha-Midrash iii. 160) il est dit: « Salomon a fait descendre le livre des secrets par lequel il a gouverné les démons et tout le monde ».
(5) « Mafteaḥ Shelomoh », contenant des incantations. Ce travail existe dans plusieurs traductions (Latin, Français, italien et allemand) et se compose essentiellement de deux parties : les premiers secrets utiles pour tous les types de divination ; le deuxième, différentes sortes de pentacles. Salomon dit: « je l’ai nommé aussi Cla vicula, » comme une clé qui ouvre un Trésor, ce travail t’introduit dans les arts magiques. » L’introduction dit encore que, quand les philosophes Babyloniens ont décidé de rénover le tombeau de Salomon, ils y ont trouvé ce livre enfermé dans un boîtier en ivoire mais aucun d’eux ne pouvait le comprendre. L’un d’eux, le grec Zoe, leur proposa de jeûner et de prier Dieu pour l’intelligence. Zoe seul jeûna et un ange lui révéla les mystères du livre.
Les quatre œuvres suivantes sont mentionnées par Allemanno cité par Apollonius: (6) le choix d’attributs, cité par Abu Aflaḥ. (7) Les miroirs supérieurs (8) « Yemli’ush » (?). (9) « L’œuvre Divine. » Toutes ces quatre œuvres sont supposées avoir été écrites par Salomon sous la dictée des anges.
Les autres œuvres citées par Abu Aflaḥ sont entre autres: (11) les expériences ; (12) la vieillesse ; (13) sur les paraboles ; (14) sur la perfection ; (15) « Le livre des oeuvres », (16) sur l’unité ; (17) sur la recherche ; (18) le respect de certaines coutumes ; (19) sur la volonté ; (20) sur la détection du mensonge (21) « Sefer ha-Yashar » ; (22) sur la supplication; (23)sur la foi ; (24) « Sefer ha-Beḥirot »; (25) sur la prophétie; (26) sur la promptitude ; (27) sur les différentes sectes des sages ; (28) « sur la fin de toutes choses (29) « Meleket Mushkelet » et (30) »Sefer ha-Almadil. » Le présent titre, probablement de l’arabe « al-mudhil » (« le révélateur de secrets »). Le catalogue de Leipsic énumère les œuvres suivantes de Salomon:
(31) Speculum Salomonis » (en allemand),; (32) « Inscrira Speculi Salomonis Insignis, » aussi en allemand ; (33) « Semiphoras » c’est-à-dire, le Tétragramme, un traité en allemand sur le nom ineffable de Dieu ; (34) « Septem Sigilla Purbach »; (35) « Anelli Negromantici dal Salomone » (en Italien), sur la nécromancie ; (36) « Verum Chaldaicum Vinculum, »également avec le titre allemand » Wahrhafte Zubereitung des so Genanten Cinguli Salomonis oder Salomons Schlange » ; (37) « Beschwerungen der Olympischen Geister »(38) « Salomonis Trismosini, » appelé le catalogue Leyde (p. 367) un traité sur les couleurs ; Wolf (c.t. iv. 983), cependant décrit comme un ouvrage cabalistique.»

* Traduction libre à partir d’un article publié à l’adresse suivante  http://www.jewishencyclopedia.com/articles/13842-solomon dans Jewish Encyclopedia publié par la Société de Théologie Juive de Philadelphie, créée en 1906