Imprimer Imprimer

Ismaël tue Ghedalia, nommé par Nabuchodonosor, précipitant la fuite des Judéens vers l’Egypte (132)

L'empire assyrien défait successivement et Israël, le royaume des dix tribus et Juda, le royaume des deux tribus

L’empire assyrien défait successivement et Israël, le royaume des dix tribus et Juda, le royaume des deux tribus

L’Etat de Judée est en pleine déconfiture : morts, maisons, palais et Temple détruits. Pourtant, le destin ne s’arrête pas à mi chemin. Le sang va encore couler. Selon Jewish Encyclopedia, un homme de main à la solde du prince ammonite Baalis va faire basculer l’histoire en assassinant l’homme qu’il a nommé à la tête de la Judée: « Ismaël et ses dix compagnons furent ainsi reçus royalement à la table du candide Gedaliah. Au milieu des festivités, Ismaël tua le très peu méfiant Guedalia, prit par surprise la garnison de la (puissance occupante NDLR) chaldéenne stationnée à Mitspa et mit à mort tous les Juifs qui étaient avec lui, jetant leurs corps dans la fosse de l’Asa (Flavius Josèphe, Antiquités, x. 9, § 4) ».

Face à cette tuerie dont Juda aurait pu se passer, les réactions se précipitèrent. « Si les rabbins condamnèrent l’excès de confiance de Guedalia, le tenant responsable de la mort de ses disciples (Talmud de Babylone, Niddah 61 a; Jérémie xli. 9). Ismaël captura bon nombre des habitants de Mitspa, ainsi que « les filles du roi » confiée aux soins de Ghedalia par le général babylonien et s’enfuit à Ammon avec ses captifs. »

« Jochanan (qui avait mis en garde Ghedalia contre son futur meurtrier NDLR) et ses disciples, cependant, en apprenant la triste nouvelle, se mirent immédiatement à poursuivre les meurtriers (…) Les captifs sont repris mais Ismaël et huit de ses hommes s’échappent sur la terre d’Ammon. Le plan de Baalis réussit ainsi, car les réfugiés juifs craignent que le roi de Babylone ne les tienne pour responsables de l’assassinat et ne les renvoie dans leur pays natal. En dépit des exhortations du prophète Jérémie (qui cherchent à les retenir pour assurer une présence juive continue NDLR), ces réfugiés s’enfuient vers l’Égypte, rejoint par le reste des Juifs qui avaient survécu, ainsi que par Jérémie et Baruch (Jérémie xliii. 6). Le règne de Ghedalia a duré, selon la tradition, seulement deux mois, bien que (l’historien allemand NLR) Heinrich Gräetz soutient qu’il s’est poursuivi plus de quatre ans. »

Graetz précise par ailleurs : « Mitspa devint le siège d’un sanctuaire, érigé par Ghedalia et qui forma le centre du nouvel État, puisque Jérusalem et la montagne du temple étaient détruites et servaient de repaire aux chacals. Les Cuthéens, ces colons semi-israélites, semi-païens, établis à Sichem, à Silo et à Samarie, reconnurent ce nouvel autel et y firent des pèlerinages, en y apportant des offrandes et de l’encens. »

Quant aux mobiles de Baalis (Ammon), selon  Graetz*, il « voyait avec déplaisir la formation d’un État judéen sous la protection chaldéenne : pour y mettre fin, il poussa Ismaël à un crime. (…) Irrité du meurtre de Ghedalia et de ses soldats, Nabuchodonosor avait chargé le chef de sa garde du corps d’aller le venger et, pour la troisième fois, Nébusaradan s’était rendu à Jérusalem. Il n’y trouva plus que les laboureurs, les vignerons et les jardiniers abandonnés par Jochanan et ses compagnons. Ce reste du reste comptait en tout sept cent quarante cinq personnes, y compris les femmes et les enfants ; Nébusaradan les emmena en captivité à Babylone (vers 582). C’était le troisième exil depuis Jéchonias : cette fois, encore les innocents payaient pour les coupables. (…) Nabuchodonosor, à partir de ce moment, n’eut plus qu’un souci, ne pas laisser un seul Judéen dans la Judée. La contrée se changea ainsi en une solitude, (…) Sourds aux avertissements du malheur, ils étaient retombés dans le culte de Néith, la prétendue reine du ciel, sans cesser d’ailleurs d’invoquer Jéhovah ».

« Dans ces départs intempestifs des Judéens vers l’Egypte, les femmes n’étaient p as en reste, nous indique  Graetz : « Les femmes surtout se montrèrent impudentes. (…) depuis que nous avons cessé de sacrifier à Néith, nous avons manqué de tout et nous avons péri par le glaive et par la famine. Au reste, ajoutèrent-elles, sommes nous donc seules à glorifier la reine des cieux et nos maris ne l’adorent-ils pas avec nous ? »

« Jérémie répondit à leur insolence par la déclaration suivante : C’est bien, remplissez vos voeux : tous les Judéens périront dans le pays d’Égypte ; quelques uns seulement échapperont à l’épée et reviendront dans le pays de Juda : ceux-là verront laquelle, de ma parole ou de la vôtre, subsistera. Comme preuve de ce qu’il venait de dire, il leur annonça que le roi Hofra, sur lequel ils fondaient leur confiance tomberait entre les mains de ses ennemis, comme Sédécias dans celles de Nabuchodonosor. Cette prédiction s’accomplit. Hofra, entré en campagne contre Cyrène, essuya une défaite, et la caste militaire, qu’irritait sa préférence pour les Cariens et les Ioniens, se souleva contre lui ; un Égyptien de basse condition, Amasis (Amosis), se mit à la tête des révoltés, le battit, et, après l’avoir détrôné, le fit étrangler (571-70). Ce nouveau Pharaon n’eut de sollicitude que pour les Égyptiens et les Grecs, et n’avait aucun intérêt à se concilier les Judéens. »

* Traduction libre à partir d’articles parus dans Jewish Encyclopedia aux deux adresses suivantes:   http://www.jewishencyclopedia.com/articles/11407-nebuchadnezzar   et http://www.jewishencyclopedia.com/articles/6548-gedallah  Jewish Encyclopedia, Société de Théologie de Philadelphie, USA, a été créé en1906

** Heinrich Graetz, Histoire des Juifs, 1874-76
** La mort de Guedalia aurait eu lieu au septième mois (Tishri), peut-être selon la tradition, au troisième jour de Tishri. Un jour de jeûne se tient en commémoration de ce triste événement (Zacharie, vii. 5, viii. 19 ; R. H. 18 b). Les autorités ont plus tard estimé que l’assassinat a eu lieu le jour du nouvel-an, et le jeûne a été alors reporté au-jour suivant de la semaine — le troisième du mois (Shulḥan ‘ Aroukh, Oraḥ Ḥayyim, 549, 1.).

Mise en ligne : 6 octobre 2014- Version 1- Israël Antique-Exil 6-132