Imprimer Imprimer

Grâce au prophète Jonas, la ville païenne de Ninive fait pénitence (98)

Jonas exhorte la population de Ninive à la pénitence Gravure de Gustave Doré

Jonas exhorte la population de Ninive à la pénitence Gravure de Gustave Doré

Jonah est jeté dans les flots par les marins pour calmer la tempête qui fait rage Gravure de F.B. Schell tirée de ‘Bible Story’ de Charles Foster

Jonas est jeté dans les flots par les marins pour calmer la tempête qui fait rage  Gravure de F.B. Schell tirée de ‘Bible Story’ de Charles Foster

A la mort du prophète Elisée, un autre prophète, Jonas se mit à prophétiser dans le royaume du nord.  André Neher (Histoire biblique du peuple d’Israël*) nous apprend qu’il est « fils d’Amitai, originaire de Gat-Hépher,  dans la tribu de Zéboulon, et un des prophètes nationalistes du temps du règne de Jéroboam II ». Un jour, l’Eternel s’adresse à lui et lui demande d’aller à Ninive : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville et prophétise contre elle car ses iniquités sont montées jusqu’à moi ».

Jonas tente d’échapper à cette mission et de prendre un bateau de Jaffa vers Tarsis (colonie phénicienne sur les côtes espagnoles, selon Neher). Une violente tempête éclate, menaçant le vaisseau, chacun priant son Dieu tandis que Jonas dort profondément. Le capitaine du navire le réveille et lui demande de prier tandis que les matelots tirent au sort la cause du malheur. « Le sort désigne Jonas », indique Arthur Weil (Histoire Sainte Illustrée**).

« Ils le questionnent : quelle est ta profession, d’où viens-tu et à quel peuple appartiens-tu ? Je suis Hébreu, répondit Jonas, j’adore l’Eternel, Dieu du ciel qui a créé le mer et la terre. Que devons-nous faire de toi ? Jetez-moi à la mer et les flots se calmeront car c’est par ma faute que cette violente tempête est venue  nous assaillir et parce que je me suis enfuis de devant l’Eternel. «  Les matelots tentèrent de le débarquer à terre mais n’y arrivent pas. Ils le jettent enfin par-dessus bord et la mer s’apaise. » Est-ce la fin du prophète ? Non. « Mais l’Eternel suscita un énorme poisson qui engloutit le prophète. Jonas resta dans le ventre du poisson trois jours et trois nuits et il pria l’Eternel de le sauver de la mort. L’Eternel entendit sa prière et le poisson rejetant Jonas, le déposa sur le rivage. »

L’Eternel renouvelle sa demande à Jonas d’aller prêcher à Ninive. Jonas obtempère cette fois. « Pendant un jour entier, il parcourut Ninive en s’écriant : « Encore 40 jours et Ninive sera détruite. » Alors la population de la ville s’affole, lance un appel au jeûne de ses habitants, se vêtissent de cilice. Le roi descendit de son trône, ôta son manteau et s’assit sur de la cendre. Là, il fit crier partout : « Que chacun renonce à sa mauvaise conduite et rende le produit de ses raines qui se trouve entre ses mains. » Dieu eut pitié et Dieu pardonna. Jonas lui dit alors « C’est pour cela que je voulais à Tarsis car je savais que tu étais un Dieu miséricordeux et prêt à pardonner ». Mais il réprimanda le prophète Jonas qui lui dit : « Ô Eternel fais moi mourir car mieux vaut pour moi la mort à la vie ». Et Jonas s’installa dans une cabane hors de la ville de Ninive tandis que le soleil brûle de tous ses rayons. L’Eternel : « je n’aurais pas pitié de cette grande ville de Ninive où vivent 120.000 êtres humains qui ne savent pas encore discerner leur main droite de leur main gauche ». On n’échappe pas à l’ordre divin : tel pourrait être le message de Dieu à Jonas et à l’humanité. Selon André Neher (Histoire biblique du peuple d’Israël), « Jonas est l’exemple d’un homme dont la prophétie est intégralement destinée à un peuple étranger, l’Assyrie. »

*André et Renée Neher Histoire biblique du peuple d’Israël Adrien Maisonneuve  Editeur 1996

**Heinrich Graetz Histoire des Juifs 1874-76

***Arthur Weil, Histoire Sainte Illustrée, Bale 1969

Mise en ligne : 17 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  5-98