Imprimer Imprimer

David fuit Saul à Gath en Philistie, Samuel le forme à la prophétie (32)

David est oint à Bethleem Gravure de F.B. Schell tirée de ‘l’Histoire de la Bible’ de Charles Foster

David est oint à Hebron
Gravure de F.B. Schell tirée de ‘Bible Story’ de Charles Foster

David fuit les troupes du roi Saul à Gath en Philistie. Il doit même un moment feindre la folie pour s’échapper. Après avoir recueilli un groupe de sympathisants, David s’enfuit d’un endroit à l’autre, de la rage de Saül. Les Philistins lui confient des missions militaires contre Israël. Il est vassalisé. David fait mine de les exécuter mais attaque en fait les bédouins pillards. David s’attache à un de leurs chefs Akkhish qui lui assigne une résidence à Cislag. A En-gedi et à Ziph, David fuit les troupes du roi qui le pourchassent. Mais à deux reprises, il tient le roi à la pointe de sa lance, mais se refuse à porter la main sur lui. Car il s’est juré de ne pas être la cause de la mort du roi, son beau-père. Lors d’une rencontre fameuse, Saul et David font assaut d’émotion l’un vis-à-vis de l’autre mais ils restent ennemis. De guerre lasse, David quitte la terre d’Israël et s’installe en Philistine à Cislag. Episode épineux : Saul l’a contraint à se réfugier en territoire ennemi. Akkhis tente de le recruter, lui et ses troupes (les « Guiborim ») contre l’armée de Saul. Mais, quand les chefs philistins le reconnaissent et sachant le mal qu’il a déjà fait à leurs troupes, ils exigent de Akkhis qu’il se débarrasse de ce David. De héros juif, David devient le rival de Saul, d’autant qu’un chant populaire affirmait : « Saul a battu ses milles et David ses myriades ». Conclusion : David, dix fois plus fort que le roi Saul !

Le prophète Samuel accueille David à son école de prophètes « où il se perfectionne à la musique instrumentale » (Histoire des Juifs, Heinrich Graetz*). « Mais ce qu’il acquis surtout dans la société de Samuel, ce fut la connaissance de Dieu. Son esprit se pénétra de cette grande idée et s’initia à la sainte habitude de rapporter à Dieu toutes ses actions et toutes ses pensées, de se sentir conduire par sa main, de se consacrer à lui. L’influence de Samuel crée et développa dans son âme une confiance absolue en Dieu » (Graetz).  Mais, indique André Neher, historien (Histoire biblique du peule d’Israël**), Samuel est alors proche de la mort et « un nouveau prophète, inconnu jusqu’ici, Gad (Samuel I, 22,5) rejoint David et lui donne un ordre précis. David doit prendre conscience de son onction royale et organiser un gouvernement souverain, susceptible de s’instaurer dès la mort de Saul. Cette mission modifie celle de David. De proscrit qu’il était, il va devient chef d’un groupe de partisan. La lutte n’est plus circonscrite entre deux hommes. C’est une guerre civile qui commence. »

Dès le début de ce qu’il faut bien appeler la guerre civile entre Saul et David, ce dernier affirme son indépendance et constitue un état-major militaire composé de ses trois neveux (Joab, Avishai et Assaël), le pouvoir prophétique est personnifié par Gad et le pouvoir sacerdotal par Ebiathar, porteur des ourim et tourim, que David va maintenant consulter régulièrement, selon Neher. De plus, David se fait « le protecteur des paysans et des bergers de Juda » (André Neher). Cette indépendance de David n’est pas approuvée de tous. Certains Judéens fulminent contre lui et sa bande de mercenaire, n’hésitant pas à le dénoncer au roi Saul. David est obligé de se retrancher là où il peut.

Saul sent l’ascendant qu’a pris David sur son entourage. « David exerçait la même puissance d’attraction sur tout l’entourage de Saul ». Triste, mélancolique, hypocondriaque, avec des accès de folie furieuse qui le pousse à lancer à deux reprises son javelot sur David, qui, preste, les évite. Une situation de fragilité psychologique qui le met sous la coupe de son conseiller maléfique, Doegg.

*Histoire des Juifs d’Heinrich Graetz, 1874-76

**Histoire biblique d’Israël d’André et Renée Neher chez Adrien Maisonneuve Editeur, 1996

Mise en ligne : 4 septembre 2014- Version 1- Israël Antique – Juges  2-32