Judaïsme antique

Recevez les derniers articles parus

Devenu roi de Juda et vassal de l’Egypte, Jojakim brûle le Livre de la Loi (124)

Juda, devenu vassal de l’Egypte, le roi Jojakim successeur de son frère cadet Salloum, dépouille le peuple pour payer le tribut au pays victorieux. Il fait ce qui est mauvais aux yeux de l’Eternel. André Néher l’écrit* : « Jojakim réinstaure en Juda la syncrèse religieuse et morale contre laquelle Josias (son père NDLR) avait si énergiquement […]

En marche vers l’Assyrie, Nékao, roi d’Egypte affronte Josias, roi de Juda (123)

La machine à broyer de la géopolitique s’est mise en marche. Le géant d’hier ne l’est plus aujourd’hui. Nékao II, roi d’Egypte, veut se rendre dans le Nord de l’Assyrie. Objectif : secourir les Assyriens, attaqués par les troupes babyloniennes de Nabopolassar 1er souverain de la XIe dynastie de Babylone dite « Dynastie Chaldéenne ». Pour l’Egypte, mieux vaut encore l’Assyrie […]

Josias purifie Juda de l’idolâtrie et rénove le Temple où est découvert le Livre de la Loi (122)

Succédant à son père Amon (1), idolâtre tué par ses serviteurs, Josias (2) n’a que 8 ans. Il règnera 31 ans sur Juda, de – 640 à – 609 avant JC. « Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Eternel, et il marcha dans toute la voie de David, son père; il ne […]

Le prophète Jérémie est la force d’opposition à Manassé, roi idolâtre de Juda (121)

Face à la dérive du pouvoir, se confirme peu à peu dans à Juda une force d’opposition par la voix des prophètes. Suivi des membres de leur famille ou de fidèles, ils haranguent les foules et interpellent les rois. L’historien allemand Heinrich Graetz* décrit l’entrée en scène de ce nouveau type d’opposants politiques : « […]

Le roi Manassé de Juda pratique l’idolâtrie mais fait prisonnier, il se repent (120)

Etrangement, l’histoire juive antique est parsemée de rois impies suivis de fils pieux ou l’inverse. Ainsi de Manassé (1) qui fit comme son grand père Achaz. Il succède à son père le très respecté Hizzkiah à l’âge de 12 ans et il resta au pouvoir 55 ans, un règne long et néfaste au pays, tout […]

Selon le Talmud de Babylone, Ḥizḳiyyah aurait pu être le Messie (119)

Les récits contés dans le Talmud de Babylone ne sont pas des preuves historiques, au sens où l’entendent les historiens traditionnels. Mais fondés sur la transmission orale de Sage à Sage d’informations ou de paroles authentiques et le plus souvent tirés des sources, ces récits doivent-ils être considérés comme des témoignages à part entière, éléments […]

En une nuit, les soldats assyriens qui assiègent Jérusalem meurent d’un mal mystérieux (118)

Assiégée par une armée assyrienne innombrable, Jérusalem vit des heures d’angoisse. Roi et peuple, l’unisson, prient le Ciel que la menace physique disparaisse. Dieu entendit, semble-t-il, leur prière : « Alors l’Éternel envoya un ange, qui extermina dans le camp du roi d’Assyrie tous les vaillants hommes, les princes et les chefs. Et le roi […]

Ḥizḳiyyah de Juda refuse le tribut annuel à Sennachérib, roi d’Assyrie qui assiège Jérusalem (117)

Comme on le lit dans les écritures, « l’Eternel fut avec Ḥizḳiyyah qui réussit dans toutes ses entreprises. Il se révolta contre le roi d’Assyrie et ne lui fut plus asservi. Il porta des coups aux Philistins jusqu’à Gaza et dévasta leur territoire, aussi bien les simples tours de garde que les villes fortifiées. » […]

Hizkiyyah, roi de Juda, fixe les premières bases du canon hébraïque (116)

Le règne de Ḥizḳiyyah est crucial en termes de religion juive car ce sont les bases même des rites juifs qui vont être définis. « Sous Ḥizḳiyyah (1), commence à se constituer le canon biblique » (André et Renée Neher*), c’est-à-dire les textes considérés comme sacrés et régissant le culte juif. L’historien français explique qu’« […]

Devenu roi de Juda, Ḥizḳiyyah restaure le Temple, impose la Thora et élimine l’idolâtrie (115)

  Ḥizḳiyyah (Ezechias) (1) prend la succession de son père Achaz (2) à l’âge de 25 ans dans le royaume de Juda et quatre années avant que ne disparaisse le royaume d’Israël. Comme le souligne l’historien allemand Heinrich Graetz*, « Ḥizḳiyyah (Chiskiyahou) était tout l’opposé de son père. (…) Il prit la Thora pour guide, […]