Imprimer Imprimer

Bath Sheva ou la main de Dieu dans l’histoire (46)

Le roi David a-t-il réellement commis une faute en ravissant Bat-Sheva, épouse d''un de ses soldats ? Certains en doutent

Le roi David a-t-il réellement commis une faute en ravissant Bat-Sheva, épouse d »un de ses soldats ? Certains en doutent

 

A l‘époque, la loi, c’était la Thora. Si juridiquement, Bath-Cheva n’était pas une femme mariée (son mari, soldat, lui avait donné le « get » avant de partir à la guerre), alors l’adultère n’était pas constitué, le roi David avait néanmoins commis une faute morale. Bath-Cheva’ donna naissance à un enfant qui tomba gravement malade et mourut. Un peu plus tard, de nouveau enceinte, elle donna naissance à Salomon. David a péché en donnant ordre que Uria, mari de Bath Sheva soit mis en situation de danger et qu’il meurt. Les conséquences de sa transgression menacent la stabilité même de son royaume. Il fut puni pour cette légèreté et atteint de la lèpre pendant six mois : il dut de ce fait se séparer de sa cour.

Sinistre présage du prophète Nathan : « Le glaive ne quittera pas ta maison ». La maison de David sera marquée à jamais de cette infamie. David eut des remords sincères et interrogea Dieu : « Seigneur de l’univers ! Pardonnez-moi pour ce péché. » « Il est pardonné, » répondit le Seigneur. « Donnez-moi un signe au cours de ma vie, » demanda-t-il. « Durant ta vie, je ne vais pas te le faire connaître, » répondit le tout puissant: « mais je vais le faire connaître au cours de la vie de ton fils Salomon » (Shabbat 30 a). Certains vont même plus loin: « Celui qui dit que David a péché se trompe… il envisage la Loi, mais ne passe pas avec lui » (Shabbat 56 a).  David fut puni de 3 manières pour cette faute morale, selon Laurent Cohen (Le roi Salomon, Seuil 2013) in Sanhédrin 107ab : « Le Sanhédrin s’écarta de lui », « pendant six mois, il fut affligé de la lèpre » ; « la présence divine le quitta » Laurent Cohen écrit à ce propos: « Plus d’une décennie après la faute, le roi David menait une vie de pénitent » et se mortifiait. »

La mort du premier fils qu’il eut avec Bath Sheva : On pourrait rajouter aux trois malheurs précédents, la perte d’un premier fils qui provoqua chez lui un comportement extravagant : « David jeûnait strictement, et quand il rentrait chez lui pour passer la nuit, il dormait sur le sol. Les anciens de sa maison se tenaient debout autour de lui pour le relever de terre mais il refusait et ne prenait aucune nourriture avec eux. Il advint que l’enfant mourut au septième jour. Les serviteurs de David eurent peur de lui annoncer que l’enfant était mort, car ils se disaient: « Voici que, lorsque l’enfant était vivant, nous lui avons parlé et il n’a pas écouté notre voix, et comment lui dirions-nous que l’enfant est mort ? Il ferait un malheur ! » Mais David vit que ses serviteurs chuchotaient entre eux et David comprit que l’enfant était mort. David dit à ses serviteurs : « Est-ce que l’enfant est mort ? » Ils dirent : « Il est mort !» Alors David se leva de terre, se leva, se parfuma et changea ses vêtements; il entra dans la Maison du Seigneur et se prosterna, il rentra chez lui, demanda qu’on lui servit de la nourriture qu’il mangea. Ses serviteurs lui dirent : « Qu’est-ce que tu fais là ? Quand l’enfant était vivant tu as jeûné et pleuré et maintenant que l’enfant est mort, tu te lèves et tu prends de la nourriture ! » Il dit : «  Quand l’enfant était encore vivant, je jeûnais et pleurais, car je me disais : Qui sait ? Peut-être que le Seigneur fera grâce et l’enfant vivra ! Mais maintenant qu’il est mort, pourquoi jeûnerais-je ? Pourrais-je le faire revenir ? C’est moi qui vais aller vers lui mais lui ne reviendra pas vers moi. »

*Le roi Salomon, une biographie de Laurent Cohen, aux éditions du Seuil, 2013

Mise en ligne : 9 septembre 2014- Version 1- Israël Antique-David-  3-46