Author: Ange Galula

Recevez les derniers articles parus

Hizkiyyah, roi de Juda, fixe les premières bases du canon hébraïque (116)

Le règne de Ḥizḳiyyah est crucial en termes de religion juive car ce sont les bases même des rites juifs qui vont être définis. « Sous Ḥizḳiyyah (1), commence à se constituer le canon biblique » (André et Renée Neher*), c’est-à-dire les textes considérés comme sacrés et régissant le culte juif. L’historien français explique qu’« […]

Devenu roi de Juda, Ḥizḳiyyah restaure le Temple, impose la Thora et élimine l’idolâtrie (115)

  Ḥizḳiyyah (Ezechias) (1) prend la succession de son père Achaz (2) à l’âge de 25 ans dans le royaume de Juda et quatre années avant que ne disparaisse le royaume d’Israël. Comme le souligne l’historien allemand Heinrich Graetz*, « Ḥizḳiyyah (Chiskiyahou) était tout l’opposé de son père. (…) Il prit la Thora pour guide, […]

Les prophètes Isaïe et Michée dénoncent la dégradation des mœurs des dirigeants de Juda (114)

Que ce soit dans le royaume du nord ou dans le royaume de Juda, la dégradation morale se poursuivait au rythme du développement du pays. Isaïe prépare l’avenir en misant sur le fils du roi Achaz (1), Ḥizḳiyyah (2) auquel le prophète insuffle l’esprit religieux et plus encore : «Lorsqu’il montera sur le trône, la […]

Succédant à Ouzia et Jotham, le roi Achaz de Juda sombre dans l’idolâtrie (113)

Ouzia arrive au pouvoir à 16 ans à la tête de Juda. Fils d’Amatsia, il était aussi appelé Azaria (Rois II, xv. 1, 13, 30). Il régna sur Juda lors de la 27ème année du règne de Jéroboam II. Jewish Encyclopedia indique que « Le livre des Rois (IB. xv. 2) déclare que son règne […]

Les conséquences de la chute d’Israël et de l’exil de sa population, analysées par un historien israélien (112) Payant

Cet article est payant Les conséquences de la chute d’Israël et de l’exil de sa population, analysées par un historien israélien (112) €0.50 Ajouter au panier

Le peuple hébreu du royaume du nord est déporté en deux vagues à Babylone (111)

Comment les Hébreux furent-ils déportés et par qui furent-ils remplacés ? Le processus se fit en deux temps : d’abord, l’Assyrie annexa les confins nordiques et orientaux (Rois II xvi. 7-9) du royaume d’Israël, aux frontières des tribus de Zebulon, Asher et Naphtali et celles du territoire à l’est de la Jordanie qui appartenaient aussi […]

L’Assyrie assiège Samarie pendant trois ans puis prend en captivité les dix tribus du Nord (110)

L’attaque assyrienne contre la Syrie d’abord, puis contre le royaume hébraïque du nord, fut victorieuse. Comme le raconte le Livre des Rois (II), « lorsque les hordes assyriennes quittèrent le pays, elles laissaient Israël anéanti et décimé par les déportations. Toutes ses villes avaient été annexées, à l’exception de Samarie ; son territoire fut divisé […]

Après avoir battu la Syrie en -738, l’empire assyrien s’empare d’Israël (109)

Le ciel s’assombrit pour le royaume du nord (Israël) car l’Assyrie regarde alors vers l’ouest. « L’Assyrie cherche un débouché sur la Méditerranée, indique l’historien français André Neher : Cette condition indispensable à la vie d’un grand empire provoque les apparitions successives des armées assyriennes à l’ouest, dans les régions limitrophes de Canaan. Mais l’Assyrie […]

Le boum économique et l’inégalité sociale dégradent les mœurs des deux royaumes (108)

Israël a accès à la puissance économique : il commerce avec le marché araméen, la Galilée est en relations commerciales avec la Phénicie. Le commerce régional s’envole. André Néher est l’historien qui exprime le mieux ces bouleversements économiques : « Les Hébreux arrivent sinon à supplanter, du moins à concurrencer sérieusement les marchands phéniciens sur […]

Le royaume du nord est en proie à une instabilité dynastique chronique (107)

Jéroboam II (1) et Ouzia (2) ont pu élargir les frontières d’Israël et de Juda : La Transjordanie est reconquise aux Araméens et Hamat, et les déserts de Syrie sont aux mains des Hébreux, qui ont maintenant accès à la mer Rouge. Et ils bénéficient d’un répit car les Araméens sont épuisés par leur lutte […]