Imprimer Imprimer

Armés du Seder Olam, des chercheurs identifient une chronologie différente de l’histoire conventionnelle (173)

Mitchell First Alexander HoolApparemment, ni Heinrich Graetz, ni André et Renée Neher n’avaient lu Seder Olam (1), livre écrit par un rabbin au 2ème siècle de l’ère moderne. Au détour d’une page, sans que ce soit l’objet direct du livre, il écrit que la durée de la domination perse a été bien plus courte que celle fixée par les historiens conventionnels (un à deux siècles). Deux livres récents émanant de chercheurs juifs tentent de trouver une réponse à cet écart chronologique.

  • D’abord « Jewish History in Conflict », publié en 1997, de Mitchell First pour qui la chronologie établie par les sources rabbiniques (avec le Seder Olam ou SO) divergent en plusieurs points avec la chronologie conventionnelle (CC), suivant les indications fournies par ce livre(toutes les dates sont avant JC) :

        SO               CC           Divergence en années

  • Le roi David fait de Jérusalem sa capitale :                     867               1000                 +133
  • Le roi Salomon fait construire le premier temple :…… 831                 965                   +74
  • Le roi Josiah fait réparer le temple                                   458                 622                  +164
  • Nabuchodonosor détruit le premier temple                   421                 586                  +165
  • Début du règne de Cyrus sur Israel                                  368                 539                  +231
  • Début de la reconstruction du temple                              351…………    520                 +169
  • Règne d’Assuréus/Ahaverosh                                        366/352      486/465              +14 et +21
  • Fin du règne de la Perse en Israël, début du règne grec 317                332                 +32
  • La période perse sur la terre d’Israël                              50 ans          207 ans             +157                                                                                                                          (368/ 317)    (539/ 332)
  • Destruction du Second Temple                                   70 après JC

Source: Mitchell First, Jewish History in Conflict, Jason Aronson Inc, 1997

Mitchell First décrit d’abord les deux chronologies, celle de Seder Olam puis celle de l’histoire conventionnelle avant de dresser une estimation de l’écart. Puis, à travers les écrits des « premières réponses juives à cet écart, il rappelle les positions sur la question de sages du judaïsme (Saadiah Gaon, Seder Malkhei Romi, Josippon, Isaac Abravanel, Abraham Zacuto), avant de dresser en différentes catégories les différentes réponses juives à travers l’histoire : d’une part celle qui taxe la chronologie conventionnelle d’être dans l’erreur ; d’autre part, celle qui voit dans la chronologie de Seder Olam des défauts ; enfin, celle qui renvoie dos à dos les deux chronologies, arguant que les deux chronologies sont correctes. Cet écart chronologique trouve son origine, selon Mitchell First, dans de multiples facteurs parmi lesquels le degré de connaissance par Rav Jose Ben Halafta, auteur présumé du Seder Olam, de la chronologie perse et plus généralement du savoir extrabiblique et par sa volonté de faire coïncider la chronologie et celle tirée du livre de Daniel, etc.

Ensuite, (2) d’Alexander Hool, un historien juif d’origine britannique, qui a étudié dans des écoles religieuses réputées (Gatestead) et yeshivot les plus prestigieuses (Poniovitz). Il écrit: “Selon les sources bibliques, Daniel (Daniel 11-3) eut une vision dans laquelle l’Ange lui affirme que quatre rois perses régneront à l’ère perse, avant que n’éclose l’ère grecque. La période est aussi discutée dans les sources historiques juives. Le Seder Olam, ouvrage midrachique écrit par le tanna Rabbi Yose Ben Chalafta au 2ème siècle après JC, évoque une période de 52 ans. Toutefois, selon les tables astronomiques de l’astronome et géographe Claudius Ptolemée, la même période dura 207 ans et s’étend sur le règne de 10 rois perses, sous-entendu précise l’auteur qu’il s’agit de rois ayant régné un minimum d’un an.” Si d’une façon générale, les historiens conventionnels estiment que le Second Temple a duré 600 ans, sur la base de l’écrit de José Ben Halafta et de ses recherches, il n’aurait tenu que 420 ans, ce que connfirme le Talmud de Babylone. A différents endroits dans la Torah (Livres de Daniel, Esther, et de Zaccharie), écrit l’expert, la chronologie de Ptolémée est mise en cause, perturbant le récit de l’histoire juive. L’auteur indique que “l’empire perse a continué d’exister en parallèle à l’empire grec naissant pendant approximativement 150 ans”. Il poursuit: “le vrai conflit n’est pas la durée de l’empire perse ou le nombre de rois qu’il eut mais la position de l’empire perse dans l’histoire”. Conclusion: la période perse a été contemporaine de la période grecque. C’est la these centrale du livre. Alexander Hool, armé de ses sources astronomiques, mathématiques et archéologiques, fait ainsi voler en éclats nombre de mythes nés il y a plusieurs centaines de siècles. L’expert pose la question: une erreur a-t-elle été possible? Une manipulation a-t-elle été réalisée? L’auteur répond par l’affirmative, s’agissant en particulier des historiens grecs, les accusant même d’avoir fabriqué de fausses chronologies aux fins de manipulation, d’avoir inventé des rois grecs. Du reste, reprend Alexander Hool, l’historien britannique Isaac Newton, l’évoquait, affirmant que si l’on écoutait les historiens grecs, certains rois auraient dû régner 35 à 40 ans d’une traite, chose hautement improbable. Mr Hool affirme ni plus ni moins que les historiens grecs ont falsifié l’histoire.

« Nous avons montré, conclut l’auteur, que bien que les deux chronologies semblent être diversement opposées, des analyses supplémentaires révèlent que les chronologies des différents empires (Babylone, Perse et Grec) sont essentiellement identiques. Le conflit sur la part d’ombre de l’histoire d’Alexandre le Grand et sur l’identité du roi perse que le général grec défit. Cette question définit si la dernière ère perse a préexisté à la période grecque ou si elle a coexisté avec elle. » Dans les dernières pages de son livre, l’auteur est toutefois contraint de reconnaître : « Pour la période en question, nous avons été informés de la disparition suspecte de la documentation contemporaine.

Différentes approches et sources sont présentées dans le livre pour établir le positionnement de la dernière ère perse en termes absolus. Les preuves avancées incluent la mise en équivalence des mois lunaires de la dernière ère perse  tracées par une série de papyrus égyptiens datés en double avec la chronologie de la période établie par Seder Olam. Ainsi la date de destruction du deuxième temple est cohérente avec la tradition rabbinique. De plus, de multiples sources confirent que Cambyse était le roi Assuérus du livre d’Esther ».

Pour conclure, Hool, affirme: « nous avons trouvé les preuves que le règne de Evil Mevorah, non comptabilisés par la chronologie contemporaine. Ceci étant posé, la chronologie conventionnelle de l’empire babylonien devient synonyme de la Bible et de la tradition rabbinique ».

 

  • Jewish History in conflict, Mitchell First, Jason Aronson Inc,1997
  • The challenge of jewish history, the Bible, the Greeks and the missing 168 years, Alexander Hool, Mosaica Press, distributed by Feldheim, 2014