Imprimer Imprimer

Après le schisme, le peuple hébreu est divisé en Juda et Israël (84)

Les Hébreux sont désormais divisés en deux Etats: Israël et Juda

Les Hébreux sont désormais divisés en deux Etats: Israël et Juda

Il y avait un seul peuple hébreu, réparti en douze tribus, parfois unies et parfois divisées, voire opposées. Pour des raisons de mécontentement fiscal et pour des raisons politiques, le royaume unifié d’Israël s’est divisé en deux, aussitôt après la royauté du roi Salomon.

Selon l’historien Haim Hillel Ben-Sassoon, auteur d’une somme magistrale, A history of the jewish people*, « Les deux royaumes séparés d’Israël et de Juda ont existé l’un à côté de l’autre depuis le schisme en 928 avant JC jusqu’à la destruction de Samarie en 720 avant JC. Ces deux siècles peuvent être divisés en 5 périodes : 1-consolidation des deux royaumes, 2-alliance étroite, 3-déclin des deux royaumes, 4-expansion, 5-conquête assyrienne et destruction du royaume du nord ». L’historien israélien ajoute : « Bien que Israël et Juda étaient dans une situation de concurrence permanente, et même de bataille, les liens les unissant étaient bien plus forts que les facteurs de division. La conscience nationale telle qu’elle s’exprime dans la littérature de la période des deux royaumes était celle d’un peuple unique séparé en deux Etats. Les frontières politiques étaient incapables de briser l’unité économique naturelle d’un pays si étroit, et une crise économique dans l’un menait inévitablement à un déclin ou à une crise dans l’autre, tandis que les périodes de croissance et d’expansion étaient simultanées aux deux royaumes. »

Vue quelque peu optimiste car ces deux royaumes sont des royaumes mutilés qui ne sont plus du tout homogènes d’abord en termes religieux, l’un se référant à l’Eternel et pratiquant la Thora et l’autre dérivant vers le culte de Baal et d’Astarté, tous deux d’importation phénicienne. Et ensuite en termes politiques, puisque le premier est victime d’une instabilité dynastique tandis que le second connaît à l’inverse, une remarquable stabilité royale, comme le note encore Sassoon: « L’acceptation inconditionnelle de la seule légitimité de la dynastie davidique par la population de Juda a garanti cette remarquable stabilité dynastique du royaume du sud pendant plus de 350 années.» Enfin, les deux royaumes qui avaient une certaine continuité économique vont devoir subir le coup de la séparation, voire même de l’hostilité qu’ils se voueront au fil de leur brève histoire.

 

* publié en 1969


Mise en ligne : 17 septembre 2014- Version 1- Israël Antique  5-84