Imprimer Imprimer

Après des catastrophes naturelles, offensive réussie des deux royaumes contre leurs voisins (103)

Pour une fois, les deux royaumes hébreux affrontent de concert les pays voisins hostiles Source Wikimedia

Pour une fois, les deux royaumes hébreux affrontent de concert les pays voisins hostiles
Source Wikimedia

 Amos, un prophète d’Israël l’avait annoncé : « Je ferai gronder le sol sous vos pieds comme gronde le chariot chargé de gerbes. Et (…) le plus hardi parmi les vaillants s’enfuira ce jour-là » (Heinrich Graetz, Histoire des Juifs*). Tremblement de terre, famine, sauterelles auxquels succèdent les deuils publics et les pèlerinages ordonnés pour détourner le fléau. Le prophète Joël, fils de Patuel, prêcha et annonça enfin des jours meilleurs.

Fils d’Amaziah, roi dès 16 ans (1), Osias (ou Ouzia, ou Uzziah ou Azariah), régna 52 ans sur Juda. Suivant l’expression biblique, « il fit ce qui est droit aux yeux de l’Eternel ». Il fut un constructeur à Jérusalem et dans le désert de tours et de citernes. Il renforça la sécurité du  pays avec une armée de 307.500 soldats équipés de boucliers, lances, casques, cuirasses, arcs et frondes. Ingénieux, il mit au point des machines de guerre pour lancer flèches et pierres. Selon le site web Akadem (qui cite Hebraica.org), « le Seder Holam Rabah témoigne que le souverain était devenu expert dans les inventions mécaniques et qu’il a inventé ou perfectionné le système des catapultes (margamot), ce qui lui assura des victoires. »

Pour tout cela, il fut renommé. Osias partit à l’offensive contre les ennemis de Juda. D’abord contre Edom, qui redevint sa vassale, ce qui permit au roi de reprendre, via la ville d’Ailat, sur la mer Rouge, ses équipées maritimes vers l’Arabie et Ophir (les Indes). Puis contre les Philistins, auteurs de toutes leurs cruautés envers les Judéens : Osias leur prit les villes de Gaza, d’Ashdod et de Iabneh. Il en fit raser les murs. Enfin, il fit construire des forteresses, en premier lieu de Jérusalem dont il fit une place forte. Jewish Encyclopedia explique que « son succès en tant que roi, administrateur et commandant en chef de l’armée a fait de lui le souverain sur le plus grand royaume de Juda depuis le schisme. Sa puissance et son autorité sur les peuples du royaume expliquent dans une certaine mesure la situation politique sous le règne des derniers rois de Juda et probablement pourquoi en 739, Tiglathpileser III a conquis dix-neuf districts du nord de la Syrie : c’étaient des possessions d’Ozias (Azri-ia-u). »

Le roi du royaume du nord, Jéroboam II poursuivit son offensive contre Aram. Selon André Neher (Histoire biblique du peuple d’Israël**), « il rétablit les frontières d’Israël depuis les abords de Hamat jusqu’à la mer de l’Araba (…) Il faut remonter jusqu’à Salomon pour trouver des limites territoriales aussi étendues. La Transjordanie, si longtemps menacée et occupée par les Araméens, est reconquise par les Hébreux. Ceux-ci pénètrent loin dans l’empire araméen et dans celui de Hamat. : toute la Galilée et de vastes régions du désert de Syrie se retrouvent sous domination hébraïque. »

Il « s’empara de leur capitale et ce succès lui transporta la suzeraineté des peuplades intermédiaires du Liban et de l’Euphrate, jusqu’alors tributaires de Damas » (Heinrich Graetz, Histoire des Juifs) La Phénicie sombra dans la guerre civile, « par suite d’insurrections survenues à Tyr contre les descendants du roi Ithobal (…) et le parti vaincu s’était enfui avec Élissa (Didon ?), fille du roi, sur la côte d’Afrique, où il fonda ou agrandit la colonie phénicienne de Carthage (vers 812). »

(1) Osias, aussi appelé Azariah régna sur Juda de -758 à 733 – avant JC selon l’Institut Bialik de Jérusalem (Biblical Encyclopedia)

*Heinrich Graetz Histoire des Juifs 1874-76

**André et Renée Neher Histoire biblique du peuple d’Israël Adrien Maisonneuve  Editeur 1996

Mise en ligne : 17 septembre 2014- Version 1- Israël Antique -Schisme- 5-103